Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Caroline


En lisant le recueil La ville est un trou, j'ai observé que Charles Pennequin écrivait des phrases généralement courtes, reprennant souvent une idée exprimée avant mais en y ajoutant une autre idée, en fesant des rapprochement avec ce qu'il a pu écrire avant dans le poème.
Je pense que de ce fait, ce recueil est fait pour être lu à voix haute, voir même pour être écouté. On peux imaginer toutes sortes d'émotions que l'on peut faire passé plus facilement par la voix.


 Lien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article