Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par i-voix

La fable a également connu un succès remarquable en Inde avec le Panchatantra : un recueil qui connaîtra d’innombrables remaniements, traductions, adaptations (arabes, persanes, latines…). Ainsi en 1644 une version en est publiée en français, traduite sous le titre Le livre des lumières ou la Conduite des Rois et attribuée au « sage PILPAY indien ».


 

 


 

 


"LA TORTUE ET LES DEUX CANARDS" par PILPAY

 

 

Par une année de grande sécheresse, des canards abandonnèrent un étang où ils vivaient et vinrent faire leurs adieux à une tortue leur amie.
— Ce n’est pas sans peine que nous nous éloignons de vous, mais nous y sommes obligées, et quant à ce que vous nous proposez de vous emmener, nous avons une trop longue traite à faire et vous ne pouvez pas nous suivre parce que vous ne sauriez voler ; néanmoins, si vous nous promettez de ne dire mot en chemin, nous vous porterons ; mais nous rencontrerons des gens qui vous parleront et cela sans cause de votre perte.
— Non, répondit la tortue, je ferai tout ce qu’il vous plaira.
Alors les canards firent prendre à la tortue un petit bâton par le milieu, qu’elle serra bien fort entre ses dents et, lui recommandant ensuite de tenir ferme, deux canards prirent le bâton chacun par un bout et enlevèrent la tortue de cette façon. Quand ils furent au-dessus d'un village, les habitants qui les virent, étonnés de la nouveauté de ce spectacle, se mirent à crier tous à la fois, ce qui faisait un charivari que la tortue écoutait impatiemment. À la fin, ne pouvant plus garder le silence, elle voulut dire :
— Que les envieux aient les yeux crevés s’ils ne peuvent regarder
Mais, dès qu’elle ouvrit la bouche, elle tomba par terre et se tua

 

 


  A lire : la réécriture par Jean de La Fontaine

 

 

Source image

 

 


(A SUIVRE)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article