Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Mathilde

  Les poèmes d'Yvon Le Men qui m'ont le plus marqué sont  "Ce que je t'ai donné" et " Pour conjurer la mort ".

Ce que je t'ai donné                                                                                              Nous avions dormi
le paysage à la fenêtre                                                                                         notre première fois
'oiseau dans le paysage                                                                                    chambre treize

qui chante le paysage                                                                                         où j'avais dormi
qui passe par la fenêtre.                                                                                     une dernière fois

La fenêtre                                                                                                               une dernière fois 
franchissait les lisières du monde                                                                   avec celle qui
à la vitesse de la lumière                                                                                comme toi

rapportait dans ses vitres                                                                                  n'est plus là
comme l'hiver, des dessins sur le givre                                                         plus là
les paysages dont nous avions rêvé
                                                                                                                               celle qui n'est plus là
la blancheur d'un bouleau                                                                               à jamais
cousue à la blancheur d'un bouleau
qui éclaire les forêts                                                                                         celle qui est partout 
                                                                                                                              sauf là
là-bas dans le nord                                                                                          où elle repose
où vivent des poèmes                                                                                      à jamais.
que nous lisions
                                                                                                                             Toi
l'argent des peupliers                                                                                     tu n'es plus là
au bord des rivières de Castille                                                                    ici
où rodent les yeux du peintre
                                                                                                                            et tu es là
dont les couleurs éclairaient la cuisine                                                      là-bas où tu te reposes
et aujourd'hui ton absence.                                                                          désormais

Ce que je t'ai donné                                                                                       sans moi
mes yeux qui te regardaient
à la vitesse de la lumière                                                                         Pour conjurer la séparation
                                                                                                                           j'ai dormi
les battements de mon coeur                                                                     deux fois
qui t'écoutaient
à la vitesse du son                                                                                        chambre treize

et te touchaient si fort                                                                                   et ce n'était pas un vendredi
en traversant ton regard

mais si peu ton corps
dans lequel tu aurais aimé que je vive
comme tu vivais dans ma maison aux fenêtres
lointaines.

Je t'ai laissé t'échapper de mes mains
quand tu n'avais que ta peau pour écrire
le baiser

quand je choisissais la vitre et le papier
pour te raconter
notre amour.

Parfois je passais à travers la feuille
pour que dans son corps
mon désir et mon amour se rejoignent

comme dans le poème
les morts et les mots
se retrouvent.

Parfois nous sommes allés plus loin
que la frontière du corps
quand tes yeux dans mes yeux
se mélangeaient

jusqu'au bleu des tiens
jusqu'au marron des miens
qui en profitaient.

Parfois
c'était comme toujours

qui aujourd'hui
entoure mon présent de douleur




     

Ces poèmes me touchent beaucoup.

Ils me remémorent des personnes qui me sont chères qui ont quitté ma vie..


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

_Marie 12/01/2009 20:59

C'est trop beau :D

Logan 12/01/2009 17:38

bravo c est tres beau