Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Fiona


J’aimerais associer presque l’ensemble du recueil et en particulier le poème POUR CONJURER LA MORT à un poème de Francis Carco car ils ont tous deux un peu la même atmosphère mélancolique et dans celui de Carco, on a l’impression que le narrateur est le même que dans certains poèmes D’Yvon le Men.


Ne parlons pas, écoute

La nuit à grosses gouttes

Dégouliner du toit

Et ruisseler aux vitres.

Il pleuvait, souviens-toi,

Comme il pleut dans mes livres.


Un vieux phono grinçait,

Le vent brassait les branches

Par un sombre dimanche.

Un vent âpre et glacé

Et, soudain, sans quon sache

Doù le vent le chassait

Cet air de cor de chasse


Francis Carco, « Dimanche », Romance de Paris (1953)



lien
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

MLB 11/01/2009 18:26

Il y a quelque chose de verlainien dans la musicalité mélancolique du vers court : http://poesie.webnet.fr/poemes/France/verlaine/2.html
Et c'est un compliment...

Logan 11/01/2009 11:27

c est magnifique !! =D