Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Marine

Conception de l'amour en 1928.

    Je doute que le véritable amour comporte du désir, de la ferveur, de la passion. Je ne doute pas qu'il ne puisse : NAÎTRE que d'une disposition à approuver quoi que ce soit, puis d'un abandon amical au hasard; ou aux usages du monde, pour vous conduire à telles ou telles rencontres ; VIVRE que d'une application extrême dans chacune de ces rencontres à ne pas gêner l'objet de vos regards et à laisser vivre comme s'il ne vous avait jamais rencontré ; SE SATISFAIRE que d'une approbation aussi secrète qu'absolue, d'une adaptation si totale et si détaillée que vos paroles à jamais traitent tout le monde comme le traite cet objet par la place qu'il occupe, ses ressemblances, ses différences, toutes ses qualités ; MOURIR enfin que par l'effet prolongé de cet effacement, de cette disparition complète à ses yeux - et par l'effet aussi de l'abandon confiant au hasard dont je parlais d'abord, qu'il vous conduise à telles ou telles rencontres ou vous en sépare aussi bien.

*   *     *   *

pix


    J'ai choisi ce poème car il parle d'un très beau sujet : l'amour. Francis Ponge montre une conception de l'amour qui ne diffère pas tellement de la conception moderne.
Ponge décrit l'amour comme la vie : on naît, on vit, on se satisfait de la situation, et un jour, on meurt ...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

MLB 11/01/2009 18:54

Voilà un poème et un style de Ponge fort méconnus !