Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Denis





Lors de la première lecture d'un poème, son sens ne m'apparait que peu.

Prenons l'exemple d'Aube d'Arthur Rimbaud. La dernière phrase de ce poème en prose est : "Au réveil il était midi." Le texte apparait comme un rêve, dont l'auteur finit par se réveiller.

Puis je relis.

Après relectures, le fait que ce poème soit un récit initiatique m'apparait comme flagrant. Rimbaud est l'enfant qui grandit le long du texte, connait sa première expérience amoureuse, puis tombe dans le monde de l'adulte : midi, le midi de la vie, la moitié de la vie, l'âge adulte.

Le texte poétique a pour nécessité d'être relu. Ainsi le sens apparait plus clair et on finit ensuite par l'aimer encore plus.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Mathilde 12/01/2009 10:52

t'as tout à fait raison.