Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Fiona

 

Parfois je passais à travers la feuille verte

 

Pour que dans son corps nervure

Mon désir et mon amour se rejoignent

 

Comme dans le poème de la Nature

Les végétaux morts et les mots fleuris

Se retrouvent enterrés.

 



Elle aimait les histoires heureuses


Qu’il y a dans les poèmes mélancoliques


Quand ils se cachent sous la pluie

 



Comme des cadeaux inexistants


Sous la couleur néant des rubans absents.

 

 


Lien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

MLB 03/01/2009 16:35

J'aime beaucoup l'antithèse du vers 5.
Votre intéressant travail permet de saisir combien l'écriture de PCM est d'une extrême sobriété, d'une remarquable et émouvante sécheresse.

Logan 02/01/2009 11:36

c est magnifique et tu as utilisé néant ! :) alors c est encore mieux =D