Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Emmanuel


Je me suis suicidé
à déjà trois reprises,
mais la premiere fois
j'avais oublié la corde,
la deuxième fois
il manquait la poutre.
A l'ultime tentative
mon corps était absent,
parti pour la journée
comme pour un pique-nique
au bord de la rivière,
sans laisser un mot sur la table
à l'attention de la camarade camarde.










Un poème sombre qui m'a interpellé car grand nombre des poèmes du recueil sont joyeux.
Je pense qu'à travers ce poème Gérard Le Gouic a une nouvelle fois voulu faire passer sa joie, une joie de vivre, un refus de la mort, un abandon du suicide et des idées noires.
On a l'impression qu'il recule au dernier instant au moment de se suicider alors qu'il n'a jamais eu l'intention de se donner la mort. Il est déjà en train de pique-niquer au bord de la rivière, repirant le bonheur de vivre et  riant au nez de la camarde(la mort).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MLB 07/01/2009 16:14

Très juste interprétation.

logan 30/12/2008 17:15

c est d une froideur impresionnante...