Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Mathilde

             S'il ne fallait retenir qu'un seul poème de ce recueil, ce serait :


                     Pour conjurer la mort

 


   nous avions dormi
  notre première fois
  chambre treize

  où j'avais dormi
  une dernière fois

  une dernière fois
  avec celle qui
  comme toi

  n'est plus là
  plus là

  celle qui n'est plus là
  à jamais

  celle qui est partout
  sauf là
  où elle repose à jamais.

  Toi
  tu n'es plus là
  ici

  et tu es là
  là-bas où tu te reposes
  désormais

  sans moi.

  Pour conjurer la séparation
  j'ai dormi
  deux fois

  chambre treize

  et ce n'était pas un vendredi.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MLB 07/01/2009 16:24

Joli choix.

_Marie 21/12/2008 19:25

C'est vrai qu'il est magnifique ce poème.