Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par -Solenne



Dans ce recueil, on peut observer beaucoup d'anaphores comme
par exemple dans le poème  Comme l'oiseau


 Comme  l'oiseau migrateur creuse
les lignes droites du ciel,

 comme  le vent incline
les passerelles des ombres,

 comme  la lumière attise
la transhumance des pierres,
de leurs encres les parfums
teintent le silence.






ou encore dans le poème Plus belles amours

 (il y a aussi des questions réthoriques épiohores)

 Plus  belles amours
que les communions qui naissent
avec les jonquilles ?

 Plus  fraternels attachements
que les amitiés qui se nouent
avec un livre ?

 Plus  cruelles amours
que les passions qui se fannent
avec la fleur sans nom des îles ?






   lien


D'autres poème présentent eux des épiphores

Décrochez-moi, décroch
ez-moi, 
criait la feuille au vent.
Courbez-moi,courb
ez-moi, 
commandait l'arc-en-ciel au soleil.
Allumez-moi, allum
ez-moi, 
soufflait l'étoile à la nuit.
Rattrapez-moi, rattrap
ez-moi, 
répétait l'anguille au ruisseau.
Aimez-moi, aim
ez-moi, 
chantait la fille au somnambule océan.


-Solenne
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MLB 07/01/2009 17:01

Bien vu !