Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Marine

Le mime.

Ils suivaient chaqu'jour tous deux le même train
Le train d'cinq heur's sept de Monceaux-les-
     Mines
Elle causait tout l'temps, lui il disait rien
Lui, il était mime

Dans les environs du centièm' trajet
Ils se sont prouvé chacun leur estime
Elle s'est mis'toute nue, lui y a pas touché
Lui, il était mime

Au terminus ils s'offrir'nt les anneaux
Comme ils avaient pas le moindre centime
Il fit que le geste, elle dit que le mot
Elle était pas mime

Dix ans d'vie commune, elle bavardait trop
Un soir excédé, d'un mouv'ment sublime
Il l'a poignargée sans rien, sans couteau
C'était un vrai mime

Les flics se sont pas perdus en parlote
Y'avait un moyen de résoud' l'énigme
Ils ont fait semblant d'passer les menottes
ux poignets du mime

Puis ils ont veillé leur faux prisonnier
Ils l'ont vu scier sans la moindre lime
Cette imaginair' chaîne à ses poignets
Râpé pour le mime

Le matin suivant, sans ouvrir la bouche
Il suivit l'bourreau pour payer son crime
Sa tête tomba sans qu'on la lui touche
Chapeau pour le mime

Ce poème me fait penser au Mime Marceau ... Cet illustre personnage que j'admire énormément ...

Marcel Marceau ( 1923 - 2007 )


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MLB 07/01/2009 17:33

OK