Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Marianne, Claire et Avril

Voltaire

 

Le petit François-Marie Arouet fit son entrée dans le monde le 21 Novembre 1694 au coeur de la France. Il vivait sa petite existence au sein d'une famille bourgeoise. Son paternel était notaire et malheureusement sa mère ne l'accompagna que jusqu'à son sixième été. C'est au collège des jésuites Louis Legrand qu'il fit de brillantes études de rhétorique et de philosophie, de 1704 à 1711. Après ses études au collège, François-Marie appréciant le goût du plaisir et le bel esprit, s'en va fréquenter les milieux littéraires. En 1713, le jeune parisien s'empara de sa plume et composa l' Ode sur les malheurs du temps. Ensuite il écrivit sa première satire contre le Régent, ce qui ne plut guère à celui-ci. Ce petit chenapan passa donc ses nuits à la Bastille pendant onze mois. C'est une fois sorti de prison, qu'il inventa son pseudonyme, le nom sous lequel nous le connaissons tous ( roulement de tambours ! ) : Voltaire. Mais ses satires n'en finirent pas et il se retrouva pour la deuxième fois derrière les barreaux en 1726 et ce pendant cinq mois. Il est ensuite contraint de s'exiler trois ans chez nos amis les grands-bretons. Cet exil ne le déçoit pas le moins du monde, voyant qu'en Angleterre, la liberté d'expression, de pensée et beaucoup plus présente que dans son pays natal. Le philosophe continue sa route et part s'installer à la cour du roi Soleil. Il resta parmis ses messieurs dames pendant trois ans après être chassé : lors de ses jours passés à la cour Voltaire écrivit de moultes satires dont Le Mondain qui fut un scandale. Un chenapan reste à jamais un chenapan. Il s'en va donc chez la duchesse du Maine où il raconta ses mésaventures vécues à la cour dans Zadig, puis à Berlin chez Frédéric II où il écrivit le Micromégas, ensuite à Genève où il écrivit l'histoire de Candide. De 1760 à 1778, Voltaire vit de jours heureux à Ferney, il correspond avec d’Alembert, Frédéric II et Diderot. Puis revient cotoyer les français à Paris. Et c'est le 30 Mai 1778 qu'une des plus grandes lumières s'éteignit.

 

 

 


Voltaire armé de son sourire ironique. Par Claire

 

 

 

Pour en savoir plus sur les aventures de Voltaire : * * * * 

 

 

 

 

 

Par Avril, Marianne et Claire.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Que j'ai ri !
LOL philosophique ?

Bravo pour ce registre savoureux, amusant et affectueux à la fois, bravo pour ce dessin qui isole ce qu'il y a sans doute de plus important chez Voltaire.
Répondre
M
Très original avec beaucoup d'humour, on a plaisir à lire votre article ! Bravo !
Répondre
L
superbe dessin et je suis sur qu en ecrivant la lettre a rousseau;il l avait

merci pour toutes ces infomations
Répondre
S
Claire tu m'étonneras toujours , tu es excellente que se soit en dessin , ou que se soit d'en ton expression ( En théâtre pour moi tu es une des meilleures ) Continue ainsi
Répondre
C
Merci (:
Répondre
A
Bien fait le dessin!!
Répondre