Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Emmanuel

Ma bohème

 Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées ;
Mon paletot aussi devenait idéal ;
J'allais sous le ciel, Muse ! et j'étais ton féal ;
Oh ! là ! là ! que d'amours splendides j'ai rêvées !

Mon unique culotte avait un large trou.
- Petit-Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course
Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
- Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou

Et je les écoutais, assis au bord des routes,
Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes
De rosée à mon front, comme un vin de vigueur ;

Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
Comme des lyres, je tirais les élastiques
De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur !



Génie précoce, Arthur Rimbaud a rapidement manifesté une violente révolte contre l'ordre social, le conformisme et la religion.
Ses premières fugues, qui expriment une période de recherche pour l'auteur sont retracées dans « Ma Bohème », élaboré en 1870.
Dès lors si cette fugue est d'abord une rupture du poète avec son monde, le rapport que l'auteur entretient avec celui-ci et qui lui procure bonheur et liberté, nous amène à réfléchir sur la quête d'un idéal.





Habité par des pensées bohèmes,
J'aime me réciter ces vers parfois
Quand mes pensées s'éteignent ou germent.
S'envolent, décollent...Ici ou là.
                                                                         Emmanuel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
ooh ma sow a mis un com :D<br /> <br /> sinon superbe poeme merci emmanuel
Répondre
F
Magnifique , simplement magnifique. <br /> Joli site.<br /> <br /> Sow.
Répondre
V
Bonjour,<br /> J'ai une admiration profonde et sincère pour ce poéte magistral<br /> Véronique
Répondre
M
Merci Emmanuel de nous offrir ce beau sonnet de Rimbaud, auquel votre quatrain rend si joliment hommage !<br /> Votre article et celui de Justine me donnent à penser que nous commençons tous à avoir soif de poésie : c'est-à-dire de l'essentiel ?...
Répondre