Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Beatrice Chiara Ilaria Orjeta

Tant que les hommes se contentèrent à perfectionner ou à embellir leurs arcs, tant q'ils ne s'appliquèrent qu'à des arts, ils vécurent libres, sains et heureux autant qu'ils pouvaient continuer à jouir.
Mais dès qu'on s'aperçut qu'il était utile à un seul davoir des provisions pour deux, l'égalité disparut, le travail devint nécessaire, les forets se changèrent et la misère. La grande révolution  avait été faite  par la métallurgie et l'agricolture.
La genre humain a été civilisé par le blé et le fer.
Les autres peuples semblent etre restés  sauvages.
 Il Est très  difficile d'imaginer comment les hommes sont parvenus à connaitre et à  utiliser r le ferOn ne peut d'autant moins attribuer cette découverte à quelque incendie accidental, de sorte qu'on dirait que la nature avait pris des précautions pour nous dérober ce fatal secret. Il ne reste donc que la circostance que quelque volcan  , en vomissant des matières métalliques en fusion  aurait donné  aux observateurs l'idée d'imiter cette opération de la nature.
 En ce qui concerne L'agricolture,, et il n'est pas possible que les hommes sans cesse occupés a tirer leur subsistance des arbres et des plantes n'eussent assez promptement l'idée des voies que la nature emploie pour la génèration des végétaux. Devenus plus industrieux, on peut croire qu'avec des pierres aigues et des batons pointus ils commencères par cultiver quelques légumes ou racines autour le leurs cabanes et d'avoirles instruments nécessaires pour la culture en grand,sans compter que, pour le livrer à cette occupation et ensemencer des terres, il faut se résoudre à perdre d'bord quelque chose pour gagner beaucoup dans la suite.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Intéressant ! Rousseau dirait peut-être que l'homme a cherché à gagner quelque chose pour perdre beaucoup par la suite...
Répondre