Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par travail d'équipe Classe IV

La Toscane (Toscana en italien) se situe au centre-ouest du pays .

La Toscane compte environ 3 600 000 habitants (date de recensement 2001) et a une superficie de 23 000 km² dont les principales villes sont :

  • Florence (380 000 habitants),
  • Prato (180 000 habitants),
  • Livourne (170 000 habitants),
  • Pise (93 000 habitants),
  • Lucques (85 000 habitants),
  • Sienne (55 000 habitants

LIVORNO

Livourne
 
Nom italien Livorno
Pays Italie Italie

Région

Toscane 

Province

Livourne 
code ISTAT 049009
code postal 57100
Préfixe tel 0586
Coordonnées 43° 33′ Nord
         10° 19′ Est
/ 43.55, 10.317
Altitude 3 m
Superficie 104 km²
Population 155 986 hab. - (31 déc. 2004)
Densité 1 424 hab./km²
Code cadastral E625
Gentilé livournais
Saint patron Sainte Julie de Corse
Fête patronale 22 mai



(source de l'image http://images.google.fr/images?gbv=2&hl=it&q=livorno+)



Histoire

Les origines [

Livourne était à son origine un petit village de pêcheurs, sur la côte Tyrrhénienne, dans une petite baie naturelle, à quelques kilomètres au sud de l'embouchure de l'Arno et de la ville de Pise. Alors que ses consœurs toscanes, Florence, Lucques et Pise connaissaient une grosse activité artistique, culturelle et commerciale, Livourne reste en marge de l'histoire.

L'évènement qui changera de manière définitive et irréversible la destinée du petit village de Livourne, est l'ensablement naturel et progressif de l'unique débouché sur la mer que possédait la République de Pise, l'antique "Port Pisano", déjà connu des Étrusques et des Romains. Pise a donc été forcée de trouver une solution alternative, pour permettre la continuation du trafic maritime et de ses échanges commerciaux. C'est donc sur le petit village de Livourne, qui fut fortifié et équipé, que la République de Pise jeta son dévolu. Au début du XIVe siècle, un phare (appelé "il Fanale", le feu en italien) fut construit et vers la fin du même siècle, une enceinte fortifiée fut élevée tout autour de la ville.

L'essor florissant du port suscita la convoitise des grands voisins de Pise, que sont Gênes et Florence. Avec le déclin de la République de Pise, Livourne changea de main à plusieurs reprises, d'abord avec les Génois, puis avec les Français. C'est finalement sous la domination de Florence que la ville tomba en 1421, pour 100 000 florins d'or.

 

Les Médicis

Il faudra attendre 1500 et l'arrivée des Médicis, Grand-duc de Toscane, pour assister à l'explosion démographique et commerciale de Livourne. Les Médicis, à commencer par Cosme Ier, premier Grand-duc de Toscane, réussirent à faire de Livourne un des plus grands ports de la Méditerranée. Il y fut construit un canal navigable (Canale dei Navicelli), entre Pise et Livourne, les Médicis créèrent l'Ordre des Chevaliers de San Stefano, dont la flotte était basée dans le port de Livourne.

Le fils aîné de Cosme Ier, François Ier de Médicis, demanda à des architectes et des artistes renommés de l'époque, comme Bernardo Buontalenti, Alessandro Pieroni et Giovanni de Médicis, de réaliser les plans de la nouvelle ville. Celle-ci devait être la "ville idéale". Le résultat est une ville splendide, avec des quartiers, des places et des routes dessinés avec un grand sens de l'urbanisme. Mais elle devait aussi être une ville forteresse, de forme pentagonale, entourée de murs imposants, remparts et "fortifications à la moderne". Mais ce qui marqua définitivement le destin de Livourne fut sa transformation en port franc et l'instauration des "Leggi Livornine".

 

Les lois livournaises, Les Leggi Livornine
Livourne au XVIIe siècle
Livourne au XVIIe siècle

En 1587, Ferdinand Ier, frère de François Ier de Médicis et fils de Cosme Ier, prend la charge de grand-duc. C'est à lui que la ville doit son statut de port franc, et dès lors, les échanges commerciaux subirent une augmentation vertigineuse. Entre 1590 et 1603, furent proclamées les "Lois livournaises" (Leggi Livornine) aussi dites "Constitution Livournaise" (Constituzione Livornina).

Ces lois prévoyaient l'immunité, des privilèges et des exonérations en faveur des marchands, quelque soit leur provenance, mais pas seulement. Ces lois garantissaient également et surtout la liberté de culte. De plus, toute personne ayant été condamnée pour des délits (à l'exception du meurtre et de la fausse monnaie) avait accès libre à la "Terre de Livourne" (Terra di Livorno). À la suite de l'incipit de "la livornina" Ferdinand Ier, grand-duc de Toscane, proclama le 30 juillet 1591 :

"...A tutti voi, mercanti di qualsivoglia nazione, Levantini, Ponentini, Spagnoli, Portoghesi, Greci, Tedeschi, Italiani, Ebrei, Turchi, Mori, Armeni, Persiani ed altri [...] concediamo [...] reale, libero e amplissimo salvacondotto e libera facoltà e licenza che possiate venire, stare, trafficare, passare e abitare con le famiglie e, senza partire, tornare e negoziare nella città di Pisa e terra di Livorno..."[1]

Ces lois donneront à Livourne les caractéristiques d'une ville cosmopolite, tolérante, multiraciale et multi-religieuse. N'importe qui peut professer son culte, de nombreux édifices religieux et cimetières seront construits par les diverses communautés religieuses et étrangères de la ville : Juifs (Gorneyim), Arméniens, Grecs, Hollandais...

 

XVIIIe siècle : La Maison de Lorraine

Jean Gaston de Médicis est le dernier représentant de la dynastie des Médicis, après Cosme II, Ferdinand II et Cosme III. Il meurt en l'an 1737 sans descendance, et Livourne, à laquelle il avait été attribuée le titre de Ville au tout début du XVIIe siècle, dépasse alors les 30.000 habitants. La ville voit donc la Maison de Lorraine s'installer au pouvoir à la place des Médicis.

Le premier représentant des Lorraines à assumer le titre de Grand-duc de Toscane, est François II, mari de Marie Thérèse, fille de Charles VI, qui devient en 1745, Empereur d'Autriche et Empereur romain germanique. François II constituera un Conseil de Régence qui siège à Florence.

Durant cette période, la ville connaît un forte expansion, au-delà du périmètre portuaire et de la zone côtière. La ville s'élargit, s'éloignant progressivement des fortifications, pour aller à la périphérie. Dans cette même période, on assiste à une importante reprise du commerce, des arts mais aussi de l'édition, qui trouve à Livourne un terrain fertile pour s'exprimer grâce au climat de tolérance de la ville. C'est ici que sont publiés "Des délites et des peines" (Dei delitti e delle penedes) de Cesare Beccaria en 1764 et, en 1770, le premier volume italien de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert.

En 1765, Léopold 1er de Toscane succède à François II, après la mort de celui-ci. Il continua le projet urbanistique de son prédécesseur tout en donnant une impulsion nouvelle à la ville, en favorisant l'intégration de l'économie locale à celle de la région. Mais l'une des mesures les plus significatives est au niveau législatif. Il instaure une mesure d'avant-garde pour l'époque, à savoir l'abolition de peine de mort, en 1786.

 

XIXe siècle  : La fin du Grand-duché
Venezia Vecchia
Venezia Vecchia
Statuesi Quattro mori incatenati de Pietro Tacca
Statuesi Quattro mori incatenati de Pietro Tacca

En 1790, Léopold 1er devient Empereur. Par conséquent son fils Ferdinand III devient Grand-duc de Toscane. C'est durant son règne que la ville sera conquise par les Français (Napoléon Bonaparte, en 1796), les Espagnols et les Anglais. En 1849, pendant les rébellions qui chassent le Grand-duc Léopold II de Toscane, Livourne se proclama République autonome, et c'est la dernière ville toscane à capituler devant les autrichiens qui restaurent le Grand-duché.

C'est ce même Léopold II qui sera obligé d'abandonner le trône en 1859, marquant la fin définitive du Grand-duché de Toscane et de la Maison de Lorraine à sa tête. Dès 1860, l'histoire de Livourne se fondera sur celle de l'Italie, avec la proclamation de l'unité italienne. En 1865, la ville perdra son statut de port-franc, ce qui entraînera une baisse drastique de l'activité commerciale et du trafic maritime, mais la naissance et le développement du "Chantier Naval Orlando", changera la face de la ville et amènera de nouvelles ressources.

Un évènement fondamental pour la ville se produit le 6 novembre 1881, avec la naissance de l'Académie Navale. L'Académie, est un institut qui forme les officiers de la Marine Militaire Italienne.

 

Début du XXe siècle et la Seconde Guerre mondiale

Le début du XXe siècle voit fleurir de nombreux projets de valeur architecturale et urbanistique : d'élégants établissements thermaux et balnéaires, un funiculaire pour le "Santuario" (Sanctuaire) de Montenero, ainsi que la nouvelle gare ferroviaire. De nouveaux théâtres sont créés et le centre historique de la ville est entièrement rénové. En 1936, est constituée la société ANIC (Azienda Nazionale Idrogenazione Combustibili), un groupe énergétique, qui donnera, avec son complexe pétrochimique, un aspect plus industriel à la ville.

Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale va bouleverser profondément l'histoire et l'aspect de Livourne. Le 28 mai 1943, la ville subit le premier d'une très longue série de bombardements (plus de 100). Les B-17 des forces alliées déversèrent des tonnes d'obus sur la ville avec pour cibles stratégiques, la raffinerie ANIC, les aciéries Motofides et le port, qui furent tous détruits. Mais en plus de ces lieux, des dégâts collatéraux importants ont eu lieu, des zones de résidence, mais aussi des sites artistiques et historiques inestimables comme le Dôme, la Synagogue Juive (la seconde d'Europe par sa taille et sa valeur artistique), le Théâtre San Marco et le centre historique de la ville subirent de terrifiantes dévastations, qui provoquèrent des centaines de morts.

 

L'après-guerre et le Livourne d'aujourd'hui

Après la guerre, Livourne s'est reconstruite sous les aspects d'une ville moderne, en oubliant totalement son riche passé historique et urbanistique. Néanmoins, lors des dernières décennies, les pouvoirs publics se sont de nouveau tournés vers le passé de la ville, pour redevenir un pôle touristique et plus seulement une tête de pont pour la Corse et la Sardaigne. Avec la crise des années 80 dans l'industrie, la ville déplace progressivement son activité économique du secteur secondaire (chantier naval, industrie lourde) aux petites et moyennes entreprises du tertiaire. C'est le point de départ et d'arrivée des principales compagnies de ferries Corsica et Sardaigna Ferries ([1]), Moby line ([2]).

Port maritime de Livourne

vieille forteresse (1534) sur le port maritime

Culture

La ville et ses monuments [
  • Le chef-d'œuvre de Pietro Tacca sculpteur baroque majeur de l'école florentine  : les i Quattro mori incatenati (littéralement les quatre maures enchaînés appelés aussi les quatre esclaves enchaînés) sur la base du monument à Ferdinand de Médicis sur la piazzetta della darsena. Les statues représentent des pirates sarrazins faits prisonniers par l'Ordre des Chevaliers de Saint-Stéphane. Le sculpteur aurait choisi comme modèles quelques esclaves prisonniers des prisons qui s'amarraient dans le port voisin de Livourne.

 

Personnalités célèbres
Artistes et Sportifs Politiques et Scientifiques
Pietro Mascagni
Pietro Mascagni
  • Elie Benamozegh (Philosophe)
  • Leonetto Cappiello (affichiste)
  • Giorgio Caproni (Poète)
  • Carlo Coccioli (écrivain)
  • Marco Coltellini (librettiste d'opéra, typographe et éditeur)
  • Giovanni Fattori (peintre)
  • Francesco Domenico Guerrazzi (écrivain)
  • Marzio Innocenti (rugbyman)
  • Cristiano Lucarelli (footballeur)
  • Nada Malanima (chanteuse)
  • Pietro Mascagni (compositeur)
  • Amedeo Modigliani (peintre)
  • Aldo Montano (escrimeur)
  • Aldo Nadi (escrimeur)
  • Nedo Nadi (escrimeur)
  • Pietro Nardini (compositeur et violoniste)
  • Armando Picchi (footballeur)
  • Filippo Volandri (tennisman)
  • Giorgio Chiellini (footballeur)
  • Guido Ascoli (mathématicien)
  • Diacinto Cestoni (Biologiste)
  • Carlo Azeglio Ciampi (homme politique)
  • Costanzo Ciano (homme politique)
  • Galeazzo Ciano ( homme politique)
  • Cosimo Del Fante (militaire)
  • Federigo Enriques (mathématicien)

 

(Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Livourne)
NOTRE LYCEE: Via Galilei 58
























UNE IMAGE D'UNE PETITE SALLE D'INFORMATIQUE...


mais....depuis où nous sommes en train de travailler....






















Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

MLB 02/10/2008 18:57

PASSIONNANT ! Grâce à votre article, on découvre combien l'Histoire de Livorno vous a peut-être enseigné le sens de la liberté, de l'échange, et de la diversité culturelle. On comprend aussi pourquoi vous les faites fructifier, jusqu'à chez nous... Savez-vous qu'outre ces valeurs nous partageons le fait historique suivant : Brest a aussi été bombardée pendant la seconde guerre mondiale, en grande partie détruite et rebâtie après la guerre. Étonnante coïncidence ! Peut-être est ce la raison pour laquelle nous avons le même besoin de construire des projets, de regarder vers l'avenir ?... Grazie. A presto.

i-voix 02/10/2008 21:59


C'est  peut etre cela..l'histoire n'est pas dans les livres ..elles est dans nous memes....nous sommes notre histoire..