Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Errance hirsute Éternellement Un ours qui marche Pour s'inventer un refuge Éternellement. On ne sait pas ce qui pousse Le vide qui le dévore A gémir Derrière lui A rire De mélancolie Dans la forêt De son amour. (source image)

Premières impressions de lecture autour du poème en prose "Aube" d'Arthur Rimbaud Aube J'ai embrassé l'aube d'été. Rien ne bougeait encore au front des palais. L'eau était morte. Les camps d'ombre ne quittaient pas la route du bois. J'ai marché, réveillant...

vous êtes quand même un ciel bleu grand comment aurait-il pu conçu pour la mêlée où la lumière coule mon corps perd le contrôle - Corps.mp3 NICOLAS DE STAEL : Nu couché bleu (1955) Polyphonie poétique réalisée par le chœur des lycéen·nes i-voix à partir...

<< < 1 2 3 4 5 > >>