Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Hina

Présentation

 

Ce roman de Vénus Khoury-Ghata est un roman de fiction intitulé 7 pierres pour la femme adultère paru en 2007.

Khoury-Ghata est une femme de lettres française plus précisément romancière et poète (a exercer le métier de journaliste). Elle née le 23 décembre 1937 à Bcharré qui est un village situé au nord du Liban. En 1966, elle publie son premier recueil de poèmes Les visages inachevé et en 1971 elle publie son premier roman Les inadaptés, elle publie une quarantaine de romans et de recueils de poésie traduits en 15 langues, elle reçoit également plusieurs prix et en 2018 elle intègre le Parlement des écrivaines francophones.

Simple, forte et aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. Louise Michel

Simple, forte et aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. Louise Michel

 

Ce roman se déroule dans un village appelé Khouf ("peur" en arabe) l’autrice ne précise pas le pays où l’histoire se passe mais on peut imaginer qu’elle a peut-être lieu au Moyen-Orient car dans l’histoire l’autrice parle de charia ("la voie"en français) (p.45) c’est une loi islamique et elle est souvent appliquée dans les pays du Moyen-Orient.

Il raconte l’histoire d’une femme française dont le nom n’est pas mentionné et qui dans l’histoire est souvent appelée « l’étrangère » (p.28), elle est triste car son amant l’abandonne et son chat meurt alors elle quitte la France pour travailler en tant qu’humanitaire pour venir en aide au gens vivants dans des pays sinistrés et elle est venue au village de Khouf aussi pour écrire un livre sur la vie de la femme dont elle fait la rencontre, cette femme se prénomme Noor ("lumière" en arabe), elle est mariée avec un homme qui se nomme Moha et dont elle a 3 fils Zahi, Zad et Zein mais ce dont l’histoire parle plus principalement, c’est de  la « fatwa » lancée contre elle : elle l’accuse d’adultère mais en vérité il s’agit d’un viol commis par Robert, un ingénieur français commis alors qu'elle cherchait son chat. Quand la femme française apprend cela, elle décide alors de tout faire pour éviter à Noor et l’enfant qu‘elle porte les « salvatrices » qui sont les 7 premières pierres avec lesquels on lapide la femme adultère.

L’histoire ne parle pas que de Noor, elle parle brièvement de Zahia qui elle est malheureusement morte lapidée et dont l’histoire est célèbre et qui sans que personne ne sache comment cela a pu se produire  aurait déplacé 2 pierres enfoncées dans la terre pour les replacer sur sa tête et ses pieds.

L’histoire parle aussi d’Amina qui est une femme d’une quarantaine d’années qui est elle aussi une habitante du village de Khouf et qui n’est pas mariée. Au cours de l’histoire elle subit un abus s’en prendre en compte que cela l’est car elle aime cet homme qui est un humanitaire français de 25 ans qui se nomme Gonzagues.

Au cours de l‘histoire elle fait la connaissance d’une jeune fille Zana qui a été violée alors qu’elle allait puiser de l’eau au puits, mais en réalité c’est son père qui a abusé d’elle et qui a fini par la tuer de manière sanglante en l’égorgeant ainsi que l’enfant qu’elle portait.

Tout au long de cette histoire prenante et bouleversante, il y a une solidarité féminine notamment avec l’humanitaire française qui va tenter par tous les moyens parfois dangereux d’éviter la lapidation à Noor, ce qui est incompréhensible pour la plupart des gens car souvent quand un viol est commis, celui qui a commis cet acte atroce n’est pas condamné et la femme est directement accusée d’adultère et elle mérite tout simplement d’être lapidée pour "laver son honneur mais surtout celui de son mari" alors que ce n'est en aucun cas sa faute.

 

Ce roman nous montre les conditions de vie exécrables des femmes et la façon dont elles sont traitées dans des pays où l’homme est totalement libre de faire ce qu’il souhaite surtout quand il s’agit des femmes et elles leur doivent le respect mais en retour elles n'y ont pas droit. L’homme est le chef de famille celui qui prend les décisions. La femme est pour les hommes "utilitaire" (p.66) et elle est considérée comme une enfant, même en étant majeure elle est toujours considérée en tant que telle et quand elle se marie, son mari est en total droit de la répudier ("divorcer") et a le droit aussi de la reprendre comme épouse, tout ça bien évidemment sans l’avis de la femme. Selon eux, les femmes n’ont pas le droit de s’instruire et le fait que les femmes puissent étudier ou tout simplement apprendre à lire et écrire fait peur aux hommes car ils ne peuvent pas imaginer qu’une femme soit meilleure qu'eux. Mais d’après eux, puisque même si les femmes parlent elles ne sont pas capables de pense, cela suffit car elles sont juste utiles pour les tâches ménagères, faire à manger, à la procréation, s’occuper des enfants et rien de plus. Les femmes n'ont pas le droit de contester/revendiquer leur indignation car cela ferait d'elles des femmes indignes.

 

 

L'image que j'ai du village de Khouf

L'image que j'ai du village de Khouf

Préambule

Homme, es-tu capable d'être juste ? C'est une femme qui t'en fait la question ; tu ne lui ôteras pas moins ce droit. Dis-moi ? Qui t'a donné le souverain empire d'opprimer mon sexe ? Ta force ? Tes talents ?

 

Femme, réveille-toi ; le tocsin de la raison se fait entendre dans tout l'univers ; reconnais tes droits.

 

Les personnages féminins de romans, représentantes des mères, des filles, des sœurs, constituées en Assemblée internationale, ont résolu d'exposer, dans une déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de la femme, afin que cette déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs.

 

En conséquence, l’Assemblée internationale des personnages féminins de romans reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Etre suprême, les Droits suivants de Noor, 7 pierres pour la femme adultère de Khoury-Ghata.

 

Déclaration des droits de Noor par Hina

Articles de la déclaration 

 

Article 1: La femme doit être libre de ses pensées et de ses actes, donc avoir le droit de s'exprimer.

 

J'aimerais que les femmes du village de Khouf ainsi que toutes les autres soient libres et ne soient soumises à personne. Si elles sont en désaccord avec quelque chose, qu'elles aient le droit de le parler pour contester ou revendiquer comme le ferait un homme et si elles ont une chose quelconque à dire, qu'elles aient le droit de s'exprimer sans demander l'avis de qui que ce soit et elles ne doivent en aucun cas se taire.

Voici un exemple qui montre que la femme n'a pas le donner son avis et de contester. 

(p.74) "Une épouse, même répudiée, n'a pas à se plaindre de son sort à une étrangère et surtout à contester une fatwa émise par le cheikh. Une musulmane digne de ce nom réfute toute intervention en sa faveur contre les lois de sa tribu."

 

 

Article 2La femme doit être égale à l'homme et ne pas être considérée comme inférieure à lui. Elle doit être respectée, libre de ses choix et les hommes qu'ils soient père, oncle, frère, mari, cousin ou autre ont pour interdiction de prendre des décisions à la place des femmes. 

 

Je voudrais que les femmes soient respectées car ce ne sont pas des sous-hommes. Dans l'histoire il y a un passage qui m'a marquée :

(p.17) Noor : "Nos hommes sont peut-être sales, paresseux, fornicateurs mais ils se conduisent en hommes. Le droit de répudier leur appartient depuis que le monde est monde, quitte à nous reprendre s'ils en ont envie ..." Voici un premier exemple qui montre que la femme n'est pas respecter et qu'elle est considérée comme un objet par l'homme car il peut la répudier puis décider de la reprendre quand il en a envie et la femme ne peut en aucun cas refuser.

Voilà un autre exemple qui montre que la femme est soumise à l'homme

(p.17) "...l'homme est toujours en haut, la femme en bas."

Revoici un exemple pour montrer que la femme vaut moins que l'homme et qu'elle peut être échanger pour peut comme de la marchandise.

(p.74) "Pourtant ce sont les filles qui pèsent lourd dans les mariages. Certaines sont troquées contre un troupeau de chèvres, d'autres contre un mobilier pour les parents, et d'autres encore payées comptant." 

Cet exemple montre que la seule destinée de la femme est la procréation et rien d'autre.

(p.191) "Tu leur as monté la tête, tu as fait croire à la première qu'elle avait le droit d'aimer (Noor), à la seconde qu'elle pouvait prédire l'avenir (Amina). Elles se sont crues des femmes alors qu'elles sont des femelles, sœurs de ce qui met bas, vêle, pond. 

 

"Pour haïr il faut savoir aimer."

"Pour haïr il faut savoir aimer."

Article 3 Le viol et l'inceste sont des actes condamnables à considérer comme des crimes.

 

Je souhaite que les personnes qui commettent ces actes monstrueux soient condamnées et que ceci ne soit pas pris à la légère car en vérité les seules personnes qui méritent la mort ce sont elles. 

J'ai étais choquée par le fait que les femmes victimes de viol (Noor, Amina, Zana) se taisent et qu'elles ne considèrent pas cela comme un viol mais comme une chose qu'elles ont appréciées et qui leur a apporté du plaisir (Noor & Zana). 

 

- Partie de Noor-

(p.12) "Tu lui demandes si elle se souvient de la date de son viol. -Tu veux dire quand il a fait venir mon dos et qu'il m'a fait jouir ?"

(p.12)"-L'homme m'a fait signe de monter -Puis il t'a violée. -Il m'a pénétrée comme si j'étais sa femme ..."

(p.13)"Tu veux sauver sa tête et elle s'acharne à te démontrer qu'il n'y a jamais eu de viol. Elle le voulait."

(p.48)"Le violeur fait son affaire puis prend la fuite comme un voleur. Le mien a recommencé trois fois de suite. Je lui plaisais. ..." 

 

- Partie d'Amina-

(p.114)"Amina rougit avant de balbutier qu'il ne parlait pas lorsqu'il se frottait sur elle les samedis ..."

(p.115)"Tu penses plutôt à Gonzagues qui a abusé de la confiance d'une fille soumise à tous ses caprices"

 

- Partie de Zana-

(p.121-122)"Tu t'entends lui demander le nom qu'elle lui donnera. -Celui de son papa. La réponse a fusé sans la moindre hésitation. Sa mère l'élèvera. Il sera son petit frère puisque né du même père. Elle est la première étonnée de ce qu'elle vient d'avouer. Trop tard pour se rétracter. Zana s'est confessée sans le vouloir."

(p.140-141)"-Tu veux me tuer après avoir assassiné ta fille ? Accusation lancée à la nuit, au silence, au vent qui fait du porte-à-porte, soucieux d'alerter tous les habitants du douar*1. -Il l'a égorgée. Il l'a jetée dans le puits sans Fatiha*2 et sans linceul*3Comme une chienne. Rien ne pouvait plus l'arrêter maintenant qu'elle avait parlé. -Il a tué du même coup l'enfant qu'il lui a fait. 

Mais ni le cheikh*4 ni le kadi*5 ne le traîneront devant la justice: la vie de sa fille lui appartient. Libre à lui de la supprimer."

1: Village

2: Première sourate du Coran

3: Drap dans lequel on enveloppe un mort

4: Savant

5: Magistrat musulman remplissant des fonctions civiques, judiciaires et religieuses.  

 

Article 4La femme doit avoir le droit à l’instruction en étudiant mais aussi le droit de travailler comme les hommes et rien ni personne n'a le droit de l’en empêcher. La femme a un droit de propriété car l'homme ne doit pas être le seul à détenir ce droit, un droit sur ses enfants car la mère est celle qui endure tout alors cela devrait être évident qu'elle détienne principalement des droits sur eux. 

 

Je choisis de mettre cette article car je pense que la femme doit détenir tout les droits qu'elle souhaite encore une fois comme l'homme qui lui les détient déjà. 

Pendant la lecture de ce roman je me suis sentie impuissante face aux conditions de vies des femmes vivant dans des pays où l'homme décide de tout et a autorité sur tout... Cela a toujours existé et je pense par malheur que cela ne cessera jamais, il y aura toujours dans le monde des hommes qui auront ce besoin de soumettre les femmes et de ne leur accorder aucun droit et malheureusement ces femmes ont souvent du mal à se retirer de l'emprise de ces "hommes".

Un exemple que le père détient l'autorité parentale

(p.12)"Elle dit que Moha lui a repris ses fils mais lui a laissé la maison qu'il reprendra après..." Le mari de Noor prend ses fils sans lui demander son avis 

Un autre exemple qui montre que le mari de Noor est en droit de prendre tout ce qu'il y a dans la maison car rien ne lui appartient à elle

(p.40)"Tu fouilles les lieux à la recherche d'une couverture et ne trouves qu'un tapis usé, une des rares choses laissées par Moha."

(p.74)"Tu profites de son silence pour lui demander pour quelle raison elle n'a plus de porte. -Moha, qui a perdu la sienne au jeu, me l'a demandée. A bien réfléchir, elle lui appartient."

Un exemple qui montre ce que pensent les hommes des femmes 

(p.66)"-Nos femmes ne pensent pas, même si elles parlent. Elles existent et cela suffit à leur bonheur. Elles sont utiles pour la procréation."

 

Déclaration des droits de Noor par Hina

Article 5 : Il est interdit de condamner les femmes à la lapidation.

 

Cet article est l'un des plus importants de cette constitution bien que les autres le soient aussi. Je pense que personne n'a le droit d’ôter la vie d'une autre personne comme bon lui semble alors que la personne en question n'a commis aucun mal et surtout en employant de telles manières et parfois même en se basant sur les témoignages de plusieurs personnes qui souvent rapportent de fausses informations comme dans le film La lapidation de Soraya M. du réalisateur américain Cyrus Nowrasteh.

Un exemple qui montre la brutalité de la lapidation

(p.189)"Il est vrai que ses yeux restent ouverts, mais il n'y a personne dedans; vides, ses larmes ne sont pas de vraies larmes, incolores comme elles sont. Elle est morte comme un arbre scié, progressivement, basculant lentement à chaque déchirure de l'écorce avant de s'abattre dans un grand bruit."

 

Article 6: Les femmes ont le droit de demander le divorce si elles le souhaitent. 

Les hommes ont le droit de divorcer ou répudier leurs femmes quand ils le souhaitent mais pour les femmes cela est bien plus compliqué, c'est pour cela que je fais cet article qui autorise les femmes à divorcer si elles le souhaitent comme les hommes. 

 

 

Déclaration des droits de Noor par Hina
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article