Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Lise et Anouk

L’eldorado peut être quelque chose de concret mais aussi un processus mental.

Essais de conversation par Lise et Anouk

Conversation imaginaire entre

Michel de Montaigne et Laurent Gaudé

 

Un jour Gaudé sintéressa à l’essai de Montaigne et y prit goût, il voulut immédiatement le rencontrer et découvrir cette personne si mythique qui donna son nom au genre de l’essai. La rencontre de Montaigne et Gaudé eut lieu suite au voyage spatio-temporel que Gaudé effectua pour remonter dans le temps. Une fois arrivé au somptueux château de Montaigne, Gaudé frappa. Montaigne ouvrit et ne fut pas surpris de cette visite pourtant inattendue. Gaudé se présenta, et lui expliqua l’intérêt qu’il avait développé pour son livre. Montaigne demanda à lire également son livre « Eldorado » et lui proposa un entretien afin d’échanger sur leurs lectures. Gaudé accepta sans hésiter, et c’est comme cela que commença leur dialogue.

 

- Je suis honoré de vous rencontrer, Monsieur Montaigne !

- De même, c’est une rencontre qui me réjouit.

- Mon livre vous a-t-il plu ?

- Et bien, il est bien différent des livres que j’ai l’habitude de lire et qui sont présents dans ma bibliothèque. Mais, je dois dire qu’il ma passionné et intrigué jusqu’à la fin, vous pouvez donc en déduire qu’il m’a plu.

- Accepteriez-vous que je vous pose quelques questions ?

- Avec joie ! J’en ai également pour vous.

- Pour commencer, je ne connais guère votre parcours pouvez- vous m’en dire quelques mots ?

- En toute honnêteté, mon parcours est bien trop long et atypique pour être résumé en quelques mots. Mais, pour ne pas vous désorienter d’avantage, je vais essayer de faire simple. Dès mon plus jeune âge, je reçus une éducation inspirée de l’humanisme. J’ai appris le latin, et suivi ma scolarité au collège de Guyenne. Après avoir étudié le droit à Toulouse, je devins conseiller à la Cour des aides Périgueux. Je fus également affecté à la chambre des Enquêtes. Puis,  à la lumière des derniers vœux de mon père avant sa mort, je publiais une traduction de la théologie naturelle de Raymond de Sobonde. Pour finir, je quittais mes fonctions pour me ratifier à une nouvelle période de ma vie, vouée à l’écriture, aux voyages et à ma vie au château dans lequel nous nous trouvons actuellement.

- Je trouve votre parcours fascinant et très instructif, c’est une vrai opportunité pour moi de pouvoir m’entretenir avec vous.

 

Montaigne se leva gracieusement et proposa à Gaudé de le suivre dans sa bibliothèque. Une fois arrivé, Montaigne prit le temps d’ajouter à sa bibliothèque l’ouvrage de Gaudé. Il retourna s’asseoir toujours avec une grâce inégalée et continua :

 

- J’aimerais vous poser une question qui m’aiderait moi-même à avoir une approche différente de mon essai et à savoir quel regard un écrivain du XX siècle porte sur mon ouvrage. Si vous deviez ne retenir qu’une phrase de mon livre, laquelle choisiriez-vous et pourquoi ?

Gaudé, pris au dépourvu, feuilleta lessai de Montaigne dans lequel il y avait soigneusement pris des notes, puis il sarrêta à une page.

 

- Malgré les nombreuses phrases qui ont attiré mon attention, je retiendrai la phrase « La victoire véritable dompte également l’âme » c’est une phrase que vous aviez écrite dans la première partie « Des Cannibales » à la ligne 372 page 37 . Cette citation est très belle et je pense aussi que la vraie victoire n’est pas d’abattre son ennemi mais bien sa capitulation. Par exemple, les Hongrois ne cherchaient pas à tuer leurs adversaires,  juste qu’ils s’avouent vaincus. Et pour moi c’est ça, la victoire véritable.

- C’est éminent car ce n’est pas la phrase que j’aurais choisi, mais c’est pour cela que je cherchais à avoir votre point de vue car cela montre que mon livre touche différentes sensibilités.

- En lisant votre livre plusieurs fois je me suis souvent demandé : quels thèmes précis avez-vous voulu  aborder dans les essais ?

- Dans mes essais, j’aborde plusieurs thèmes notamment les principaux « Des Cannibales » mais aussi « Des coches ». Mais à chaque fois, je ne porte jamais de jugement définitif. Je cherche à faire ressortir l’importance du doute. J’ aborde de nombreux sujets tels que l’amour, l’amitié, l’art de vivre « des barbares », des connaissances, des expériences, et j’en passe.

 

Essais de conversation par Lise et Anouk

- A  mon tour, j’aimerais en apprendre davantage sur la signification du titre de votre roman . Qu’évoque pour vous « l’Eldorado ? »

- Si vous cherchez la définition vous lirez que « l’eldorado » est un pays merveilleux d’abondance et de délice. Pour moi, c’est bien plus que ça. Effectivement, l’eldorado est un pays merveilleux mais pour moi, sa signification change suivant le point de vue qu’on lui porte .

- C’est intéressant, et quel point de vue avez-vous choisi dans votre roman ?

- Dans mon roman, la signification d’eldorado varie, par exemple pour mes deux personnages principaux Soleiman et Salvatore Piracci. La signification n’est pas la même. Mais, j’ai voulu principalement montrer que l’eldorado peut être quelque chose à la fois de concret mais aussi un processus mental.

- Je trouve ce choix judicieux et pertinent.

- Permettez- moi à nouveau de vous poser une question. Avez- vous choisi ces titres en fonctions de vos thèmes ?

- Je vous avoue aujourd’hui, que mes titres ne sont pas d’une complexité grandiose, j’ai cherché à mettre en évidence les deux thèmes principaux de mes essais. Dans le premier « Des Cannibales » pour la rencontre avec les différents peuples et dans l’autre « Des Coches » ou j’aborde par exemple le mal des transports.

- D’accord, je comprends mieux pourquoi vous avez fait ce choix.

- Afin de continuer mon étude, j’aimerais savoir quel passage de mon livre vous a le plus marqué ?

- Le passage qui m’a le plus marqué  émotionnellement notamment, est dans la première partie sur les cannibales. Aujourd’hui la vision des européens a bien changé . Mais c’est aussi cela qui est intéressant à lire et à découvrir dans votre essai.

- Vous savez, je crois qu’entre nous deux, de nombreuses choses ont changé.

Gaudé sourit et ferma son cahier sur lequel il prenait des notes.

 

- Je pense aussi que les choses ont évolué et changé mais de nombreux soucis restent présents à travers le temps. Aujourd’hui, le monde entier traverse une pandémie sanitaire dûe à un virus appelé la Covid 19.

- C’est une période qui me paraît familière : durant ma vie j’eus moi même le devoir de fuir Bordeaux afin de fuir la peste qui n’épargna personne de son souvenir dans nos mémoires.

- A ce sujet pensez -vous qu’un livre puisse améliorer le monde et transformer la réalité ?

- C’est une question à la fois fascinante mais si complexe. Pour moi, un livre peut améliorer le monde oui, prenons l’exemple  de la vision des "cannibales" d’avant et d’aujourd’hui. Elle n’est plus la même, et je pense que les différents récits au cours de l’histoire ont amélioré et aidé à ce changement. Je pense qu’un livre transforme la réalité car l’auteur peut éventuellement inventer et choisir dans son livre ce que bon lui semble.

- Je suis d’accord avec vous sur le fait que cela améliore et change la réalité.

- A votre avis Monsieur Gaude, en quoi la découverte de l’autre nous permet-elle de mieux nous connaître?

- La découverte de l’autre lors de notre entretien nous permet évidemment de mieux nous connaître car on a l’occasion de se poser différentes questions sur nos choix, nos préférences mais je pense aussi que le fait d’avoir échangé nos livres nous a permis de nous poser d’autres questions et d’avoir un avis plus ouvert je pense que cela ne peut qu’être bénéfique notamment pour l’écriture de mes prochains romans.

- Avez-vous d’autres questions à poser ?

- Et bien écoutez je crois que j’ai eu la réponse à toute mes questions.

- Jen suis le plus heureux ! Merci dêtre venu et de mavoir permis déchanger avec un écrivain du XXIème siècle, cela ma beaucoup apporté. Dès ce soir, je vais relire mon essai avec un nouveau point de vue. Je vous souhaite bien du courage pour la suite de votre carrière et nhésitez pas à revenir lorsque vous aurez loccasion !

- C’est d’accord, merci à vous pour vos conseils. Je vous enverrai mes prochains romans, préparez-vous à ouvrir une catégorie XXIème siècle dans votre bibliothèque ! Au revoir !

 

Montaigne sourit et regarda Gaudé s’éloigner vers sa capsule spatio temporelle.

C’est dans un échange constructif et passionné que se déroula le dialogue entre les deux hommes. Chacun sortit largement satisfait de cette rencontre hors du commun et quelque peu inattendue .

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article