Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par i-voix

QUESTION 5

APPROCHE NUMÉRIQUE DE LA LITTÉRATURE

Outre l'oraison funèbre,

vous avez publié 2 articles créatifs sur les pièces :

 Pourquoi avez-vous choisi ces rubriques-là

parmi toutes celles qui vous étaient proposées ? 

Qu’avez-vous voulu transmettre à travers ces articles ?

Réflexions 5 - Justification des choix

 

J’ai publié deux autres articles : premièrement la cagnotte pour Hippolyte et deuxièmement la playlist pour Nihad.

J’ai choisi la cagnotte car il me paraissait intéressant et humoristique dans une certaine mesure de réaliser une cagnotte numérique sur un personnage antique : les périodes historiques sont complètement en décalage, ce qui crée une forme de comique entre le sujet (la mort d’un personnage Antique) et la manière dont en parle (une cagnotte contemporaine en ligne). J’ai essayé de faire transparaître la rage de la famille de Thésée contre Phèdre et Oenone et de montrer Hippolyte comme un brave guerrier.

J’ai choisi de plus de créer une playlist sur Nihad car je suis passionné de musique et le personnage me paraissait intéressant pour illustrer la rubrique. J’ai essayé notamment d’humaniser Nihad, qui apparaît dans le livre comme un personnage barbare et sans émotions.

(Alan)

 

J’ai réalisé une interprétation musicale de Wasteland ainsi qu’une explication de mon choix, de son rapport avec Incendies de Wajdi Mouawad. J’ai voulu retransmettre les émotions qui se sont emparées de moi à la lecture de cette œuvre d’une manière qui me soit propre. Ainsi, Wasteland retranscrit selon moi à la perfection la complexité des passions qu'éprouve Nawal : de l'horrible souffrance qui la déchire à l'espoir qui l'anime, en passant par la mélancolie et la nostalgie d'un amour parfait.

Les confessions de Simon ont été pour moi une manière de rendre compte de la profondeur subtile d'un personnage qui peut paraître grossier au premier abord. Elles rappellent qu'il est avant tout un fils sensible, pris dans la tourmente du remords, du regret de ne pas avoir agi comme il aurait dû.

(Arthur R.)

 

J’ai choisi pour Incendies l’alexandrin perdu pour le personnage de Nawal et le florilège pour Jeanne.

 

Pour Nawal, je trouvais que l’idée de quelque chose de perdu allait bien à ce personnage. Son histoire se prêtait bien à l’écriture d’un alexandrin, à un poème qui tiendrait en une phrase. C’était transmettre et souligner avec la poésie, la dignité et l’humanité de cette femme malgré l’humiliation.

 

Pour Jeanne, j’ai trouvé qu’elle recherchait et affrontait courageusement la vérité, plusieurs phrases ont été pour moi percutantes, elles pouvaient se mettre en images : c’est pour cela que j’ai choisi ce personnage et le florilège.

 

(Arthur T)

 

J'ai choisi de publier un Florilège sur Nawal : j'aime beaucoup cette forme d'écriture. Les citations en images peuvent dire beaucoup de choses en peu de mots, et peuvent transmettre une émotion, ou/et un message. En réalisant cet article j'ai voulu retracer les grands événements de la vie de Nawal.

J'ai réalisé mon dernier article, sur Phèdre, avec Meetic. Phèdre est une pièce de théâtre du  XVIIème siècle : j'aime le fait de mettre en relation cette pièce avec la technologie d'aujourd'hui. J'ai choisi d'utiliser un site de rencontres parce que je voulais être originale et j'ai trouvé que le personnage de Phèdre, obsédé par la passion amoureuse, était idéal.

(Carla)

 

Mes deux autres articles portent sur : Le testament de Thésée et Je me souviens de Jeanne.

J’ai choisi la rubrique “Testament” car je pouvais écrire un article rendant hommage à un des personnages de la pièce et l’idée me plaisait.

J’ai choisi la rubrique “Je me souviens” car je trouvais cela original. C’est une rubrique permettant de retransmettre les sentiments des personnages avec des anecdotes, des souvenirs...

J’ai voulu transmettre, en écrivant ces deux articles, de la nostalgie (on ressasse les souvenirs passés), mais également de la joie (en essayant de prendre le bon côté de la vie, de ne garder que les bons souvenirs, d'effacer les mauvais). Je voulais montrer les personnages sous un autre jour, les montrer de façon positive.

 

(Erell)

 

J’ai choisi de réaliser une trace numérique (SMS) du personnage de Jeanne pour Incendies et un florilège du personnage d’ Aricie pour Phèdre.

J’ai choisi une trace numérique, car j’aime bien le décalage que forme le moderne avec l’œuvre qui n’est pas du tout de la même époque.

Pour le florilège, je trouvais intéressant de mettre en avant 5 vers du personnage d'Aricie pour montrer que malgré sa discrétion, elle était là, et qu'elle a fait ça, à ce moment-là dans cette pièce, qu'au final elle a existé à sa façon dans l’œuvre.

(Julie)

 

J’ai créé une playlist d'Oenone à destination de Phèdre. Elle est censée être faite au moment où elle va se suicider. En effet, je trouve que c’est un moment très fort, par les émotions d’Oenone envers Phèdre qu'elle voulait juste protéger. Donc je voulais montrer qu’Oenone l’aime toujours, même si elle est triste de pas avoir bien servi Phèdre à la fin. Par ses choix musicaux, elle exprime le mieux possible ses sentiments. Les titres forment un puzzle à reconstituer : un message qu'elle n'arrive pas à formuler directement.

J’ai écrit « Je me souviens de Simon », car parmi tous les personnages de la pièce, j’avais envie qu’on s’intéresse plus à ce personnage : il est important et c’est un très bon personnage.

(Korentin)

 

Le premier autre article que j’ai publié est la “Confession” de Sawda, dans Incendies : la rubrique "Confession" m’a semblé être la plus intéressante à écrire pour faire transparaître les pensées du personnage. Sawda est un personnage discret le long de l’œuvre, mais qui a beaucoup souffert : je voulais ainsi mettre en avant une fille prise d’un courage sans nom pour sauver son amie. Elle est animée d’un espoir constant dans sa lettre à Nawal, lorsque tout semble perdu.

Le deuxième autre article que j’ai écrit et la “Liste” de Simon, toujours dans Incendies, car j’ai pensé qu’écrire une liste sur ce que Simon aurait pu faire était important étant donné qu’il est celui qui hésite le plus au cours de l’œuvre : ces hésitations auraient pu mener à un tout autre scénario, et représenter ce personnage indécis derrière une liste de possibilités me paraissait intéressant.

(Liana)



 

Mes deux autres articles créatifs sont « Je me souviens de Nawal » et « Traces numériques, Instagram Phèdre ».

J'ai choisi la rubrique « trace numérique » car sur le coup celle-ci m'avait beaucoup inspirée : pouvoir rejouer cette célèbre tragédie sur Instagram m'avait paru être un projet très original et intéressant. Pouvoir incarner les personnages de Racine avec des posts Instagram en parlant comme une personne actuelle, tout en cassant le « sérieux » de la pièce avec des commentaires humoristiques : c'est ce qu'on a fait avec plusieurs personnes de la classe telles que Salomé qui incarnait le personnage d'Oenone, Pierre-Yves, celui de Thésée, ou encore Sterenn, celui d'Hippolyte. Le fait d'avoir revisité Phèdre a été quelque chose de très amusant à faire. Ce que j'ai voulu faire partager a travers cette « Phèdre IRL », ce sont ses sentiments personnels, c'est faire percevoir comment elle a vécu sa tragédie. C'était un peu comme montrer une autre de ses facettes : comme si son vrai visage était sur Internet.

Mais aussi j'ai choisi la rubrique « Je me souviens... ». Tout comme pour Phèdre, celle-ci m'a très vite inspirée. Ce que je voulais transmettre avec ce « je me souviens », ce sont tous les sentiments des personnages de l'entourage de Nawal à travers les souvenirs qu'ils ont put partager avec elle. Tous les sentiments qu'ils n'ont pas dits mais insinués à travers leurs paroles et actions, tous les sentiments qui n'ont pas été transmis concrètement.

(Maëla)

 

Pour moi, on ne retient du personnage que les traces qu'il laisse et, dans un livre, les citations sont les traces que laissent Hippolyte et ce que j'ai retenu de lui, son histoire, ses sentiments. D'où le choix d'un florilège.

Pour la liste, une boite contenant plein d'objet avait attiré mon attention dans le livre et suscité mon imagination pour créer un dérivé de l'histoire. Cela m'a beaucoup plu, comme si je contribuais à la création du livre avec Wajdi Mouawad.

(Mathis)

 

J'ai écrit la « Lettre de Nawal à Malak", le paysan qui a recueilli ses 2 enfants nouveaux nés, car j'ai voulu me mettre à la place de Nawal et écrire ce qu'elle n'a pas pu écrire à celui qui a sauvé ses deux enfants. Cette lettre explique aussi pourquoi elle a agi ainsi et livre ses émotions et sentiments personnels. On comprend la grande douleur qu'elle a éprouvée tout au long de sa vie.

Dans le troisième article « je me souviens », j'ai intercalé les paroles de chacun des personnages, ce qui permet de comprendre l'histoire dans son ensemble et de percevoir les points de vue de chacun.

(Matthieu)

 

Dans le cadre de ces i-tombeaux, j’ai aimé me demander comment évoquer l’identité et l’histoire de quelqu’un sur une stèle. L’épitaphe de marbre impose un très court texte, qui se doit de fait d’être saisissant et mémorable. C’est précisément ce qui m’a plu lors de la conception de l’épitaphe de Simon.

Quand j’ai imaginé le testament d’Hippolyte, j’ai cherché à imiter l’alexandrin racinien, sa construction précise en deux hémistiches et ses rimes aussi riches que possible... C’est un exercice difficile, mais qui apporte beaucoup de satisfaction car la musicalité des vers n’en est que plus belle.

(Milian)

 

           J'ai fait un autre article sur Phèdre, qui est une confession audio de Thésée. J'ai choisi cette rubrique car je trouvais qu'elle pouvait être très riche en contenu, très belle pour ce qui est de la littérature. Je l'ai aussi choisie car je trouvais qu'il fallait que Thésée puisse se défendre, même s'il est fautif en grande partie. C'est aussi le destin fatal et irremplaçable des Dieux qui influe contre Hippolyte et Thésée. C'est donc, un peu comme l'oraison funèbre, pour faire naître un sentiment de pitié envers le personnage de Thésée, pour le déculpabiliser.

            Mon dernier article est la dernière conversation SMS de Sawda à Nawal, pour Incendies. Pour moi, c'est Sawda qui est la femme citée par le concierge et qui aurait fait un attentat dans un café. J'ai trouvé intéressant qu'elle le dise à Nawal, avec qui elle est très proche et qui était avec elle lors des événements. Pourquoi des messages SMS ? C'est un moyen rapide de communication, qui laisse une trace ensuite, une preuve. Le fait que Sawda se suicide en faisant son attentat n'aurait pas effleuré l'esprit de Nawal, d'où le « Fais attention à toi, Sawda ». Mais elle était trop désespérée et rancunière pour supporter en plus une possible arrestation. J'ai donc voulu inspirer un sentiment de vengeance sourde du côté de Sawda et d'amitié, voire de naïveté du côté de Nawal.

(Olivier)

 

J’ai publié un article dans la rubrique « Documents », une lettre écrite par Oenone destinée à Phèdre. Cette lettre est écrite juste avant qu’Oenone se suicide. J’ai voulu montrer qu’Oenone s’en voulait terriblement d’avoir menti à Thésée car elle avait détruit la vie d’Hippolyte. De plus, j’ai voulu montrer à quel point Phèdre et Oenone étaient très proches et le fait que lorsque Phèdre allait apprendre que sa confidente allait mourir cela allait lui faire beaucoup de peine.

Le troisième article que j’ai écrit dans la rubrique « Testament » est le testament de Nawal. J’ai voulu écrire un article dans cette rubrique et celui notamment de Nawal car dans la pièce de Wajdi Mouawad il y a déjà un testament écrit par cette dernière mais j’ai voulu en refaire un nouveau pour apporter de nouvelles idées. En effet, le testament est annoncé au début de la pièce mais au fur et à mesure de l’histoire on découvre de nouvelles choses sur Nawal qui peuvent être mentionnées dans son testament.

(Pauline)

 

J’ai choisi « confession » et « voix », car pour moi, c’était le moyen de faire le procès de personnages, de détruire la vision donnée par le livre pour voir sous un autre angle les coupables, ou les innocents : il y a chez Nihad, pourtant coupable, sa part d’innocence, et chez Thésée, un héros, sa part de culpabilité.

Il y a à mon sens dans mes articles un réquisitoire contre chaque plaidoyer écrit dans les œuvres.

(Yuna)

 

Réflexions 5 - Justification des choix
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article