Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par i-voix

QUESTION 3

APPROCHE NUMÉRIQUE DE LA LITTÉRATURE

Vous avez rédigé l’oraison funèbre d’un personnage : 

Pourquoi avez-vous choisi ce personnage-là ? 

Qu’avez-vous voulu transmettre sur ce personnage ?

Réflexions 3 - Explications sur l'oraison

 

Pour mon oraison, j'’ai choisi Nawal car ce personnage est à mon sens le plus complet, le plus puissant et le plus vivant : elle a tout vécu, tout enduré, mais son silence est comme un déni de son histoire. Je trouvais particulièrement intéressant de retracer sa vie et son histoire, et de poser derrière les questions et les frayeurs qui surviennent à chaque décès : qu’adviendra-t-il de son souvenir, de sa vie ? Vais-je oublier sa voix, son port, son visage ?

Si Nawal a vécu tout cela, fut-ce seulement pour que cela tombe dans l’oubli ? (Yuna)

 

 

J’ai écrit une oraison funèbre pour rendre hommage à Hippolyte. J’ai choisi ce personnage car il apparaît comme une des figures évidentes du tragique dans la pièce de Racine avec Phèdre. Victime du châtiment céleste, des calomnies d’Oenone ou encore de la vengeance injuste de son père Thésée, il est le personnage qui nous inspire le plus pitié dans la pièce et c’est le sentiment que j’ai cherché à faire ressentir dans mon poème à travers : « victime d’une fourberie » ou encore « indûment diffamé ». J’ai aussi cherché dans une autre mesure à montrer Hippolyte comme un personnage valeureux et téméraire : « vaillant Hippolyte ». (Alan)

 

 

J’ai décidé d’écrire l’oraison funèbre de Thésée : il s’agit du personnage que je voulais mettre en avant car il me semblait s’exprimer peu dans Phèdre, alors qu’il est celui qui est cause ou solution des malheurs de l’histoire. Je voulais faire s’exprimer ce personnage important en retraçant une partie de son histoire, son vécu et ses pensées. A travers sa voix je voulais représenter un homme plein de regrets, qui cherche à se pardonner à lui-même pour ses actes lorsqu’il est également en partie victime du destin. (Liana)

 

 

J’ai choisi de rédiger l'oraison d’Hippolyte parce qu’il m'a semblé important de rendre hommage à celui qui, dans la fatalité de l’injustice et face à la cruauté de sa propre famille, est resté brave et humble. Le fils de Thésée apparaît dès lors comme un héros de par sa vertu morale.

J’ai voulu exacerber son courage, son héroïsme mais aussi susciter la compassion du lecteur en déplorant son triste et injuste sort. (Arthur R.)

 

 

J’ai rédigé une oraison funèbre sur Aricie. Le personnage, peu évoqué dans la pièce, m’apparaissait intéressant et énigmatique. Le défi était alors de cerner son caractère et de retracer le parcours de celle-ci. Dans la pièce, Aricie paraît s’effacer parce qu’elle est un personnage secondaire, mais aussi parce qu’elle n’a pas un tempérament aussi instable que les autres protagonistes, comme c’est le cas de Phèdre par exemple. Aricie est pour moi la figure de la raison et de la morale, qui sont des valeurs essentielles du classicisme. (Milian)

 

 

J’ai choisi d'écrire l'oraison d'Hippolyte parce que c’est un personnage touchant et complexe. Il est celui que la passion ne peut atteindre jusqu’à la rencontre avec Aricie, celle qui est interdite. J’ai voulu mettre en avant son noble courage, il se laisse accabler par son père qu’il admire et aime, il se défend si peu et d’une manière particulière. En ne dénonçant pas Phèdre, la fin tragique se produit. Le drame final fut le moment où devenu un héros en abattant le monstre, il meurt. Je l’ai également choisi parce que c’est un personnage qui pourrait être oublié tant Phèdre prend une grande place dans la pièce de Racine. (Arthur T.)

 

 

J’ai réalisé une oraison funèbre de Thésée car j’apprécie la mythologie grecque et je connaissais déjà ce personnage pour son épopée dans le labyrinthe de Dédale. Avec Phèdre, j’ai donc appris un nouveau chapitre de son histoire qui m’a plu. J’ai donc eu l’idée de faire dire cette oraison par Aricie lors de son enterrement afin de rajouter de la pitié pour Thésée en lui donnant le rôle de la victime avec la trahison de Phèdre et la mort d’Hippolyte. (Nils)

 

 

J’ai rédigé l’oraison funèbre d'Hippolyte car c’est un personnage très courageux, victime d'une tragédie. Il veut le bien de son père malgré la malédiction qu'il lui lance, et n'en veut pas à sa mère qui est folle amoureuse de lui. J’ai voulu transmettre aux lecteurs un sentiment de pitié, et de compassion pour ce personnage.  (Carla)

 

 

J’ai décidé de faire mon oraison funèbre sur Nawal car c’est le personnage principal de la pièce, c’est un personnage très important. De plus, j'ai choisi de faire mon oraison sur Nawal, car dans la pièce Incendies, il y a un chapitre dédié à son enterrement donc je trouvais intéressant de pouvoir relier l'oraison à la pièce. Avec cette oraison, j’ai voulu transmettre l'idée d'une femme bien, d'une battante, d'une femme qui s'est battue contre un homme odieux et qui est tombée dans le silence contre son gré : c'est elle la victime de ce silence. (Clara)

 

 

Si j’ai voulu rédiger mon oraison funèbre sur Thésée, c’est tout d’abord parce qu’il est un grand héros. Ses exploits sont innombrables, en allant du meurtre du Minotaure jusqu’à sa descente aux Enfers (sans jeu de mots). Il a unifié l’Attique, ce qui est aussi un acte important et considérable. Ensuite, on peut dire que même la mort d’Hippolyte n’est pas totalement de sa faute : Neptune le savait innocent, c’est aussi la fatalité des Dieux. Les sentiments que j’ai voulu transmettre sont donc l’admiration envers ce grand personnage, la pitié et le recueillement. (Olivier)

 

 

J’ai choisi de faire mon oraison funèbre sur Hippolyte car c’est un personnage très sain d’esprit qui ne veut de mal à personne malgré son statut de rude guerrier. J’ai voulu transmettre ses qualités les plus fortes qui sont son courage et sa vaillance, il ne recule devant rien il fait face à des situations périlleuses, principalement le combat contre le monstre. S'il meurt, ce n'est pas de sa faute, il est juste une victime collatérale de la malédiction de Phèdre en quelque sorte.  (Mattéo)

 

 

 

Pourquoi choisir d'écrire l'oraison de Jeanne ? Du côté pratique, Jeanne est un des personnages principaux d'Incendies avec beaucoup d'informations sur elle, mais imaginer comment son frère Simon l'aurait écrit était un vrai défi et renforce un sentiment de proximité avec les personnages. (Mathis)

 

 

J’ai choisi de faire mon oraison funèbre sur Phèdre car tout au long de la pièce elle est considérée comme un monstre et comme étant mauvaise. J’ai voulu, à travers cette oraison funèbre, montrer que Phèdre se sentait très mal d’aimer Hippolyte, qu’elle avait honte d’aimer, ce qui la mena au suicide, et qu’elle était simplement la victime d’une vengeance divine. J’ai aussi voulu montrer qu’elle avait beaucoup de qualités et pas seulement des défauts comme il est dit dans la pièce. (Pauline)

 

 

J'ai choisi de rédiger l'oraison funèbre d’Hippolyte car son destin tragique m'a inspiré de la pitié. Il avait tout pour réussir et devenir un grand roi.  Mais son ascension royale a été stoppée nette. La colère des dieux, promulguée par son propre père, s'est abattue sur lui. J'ai voulu par le biais de ce poème transmettre le sentiment d'injustice que l'on éprouve devant le sort tragique d’Hippolyte. Foudroyé dans sa jeunesse, il n'a même pas pu déclarer son amour à Aricie. Aimé et détesté à la fois par Phèdre. Trahi par son père qui préfère croire d'autres personnes que son propre fils. (Matthieu)

 

 

J’ai rédigé l’oraison funèbre d'Oenone : je trouve que c’est un personnage de Phèdre vraiment très important malgré le fait qu’elle ne soit pas  bien mise en avant (ce qui est logique car elle est la servante de Phèdre). Je trouve qu’elle est une personne très courageuse et pleine d’amour. J’ai voulu rendre hommage, grâce à cette oraison funèbre, à la force qu’elle a donnée pour soutenir Phèdre. (Pierre-Yves)

 

 

Réflexions 3 - Explications sur l'oraison
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article