Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Arthur R

Signe

Je suis soumis au Chef du Signe de l'Automne
Partant j'aime les fruits je déteste les fleurs
Je regrette chacun des baisers que je donne
Tel un noyer gaulé dit au vent ses douleurs

Mon Automne éternelle ô ma saison mentale
Les mains des amantes d'antan jonchent ton sol
Une épouse me suit c'est mon ombre fatale
Les colombes ce soir prennent leur dernier vol

Guillaume Apollinaire - Alcools

 

Nuage de mots - Signe

Signe est un poème de forme traditionnelle : il est composé de 2 quatrains faits eux-mêmes d’alexandrins et de rimes embrassées.


Le titre vient du signe astrologique d’Apollinaire, né sous le signe de la vierge, qui est aussi le signe astrologique sous lequel débute l’automne.

L’automne est sa « saison mentale » : c’est ainsi un état d’esprit permanent, mélancolique et annonciateur d’une mort proche que constitue l’hiver. Au travers du thème de l’automne célébré perce une mélancolie inhérente à la saison, celle des amours mortes. Elle se retrouve dès le vers 2, dans l’opposition de l’élément masculin apprécié (" j’aime les fruits ") et de l’élément féminin rejeté (" je déteste les fleurs "). La fleur est la métaphore de la femme. Les vers 3 et 4 disent la souffrance d’aimer et sont peut-être l’expression des souffrances qu’Apollinaire éprouva dans sa relation amoureuse et malheureuse avec Annie Playden. Apollinaire opère au vers 6, une réification des « amantes » : le verbe joncher, qui s’applique en premier lieu aux feuilles qui tombent, montre comment les souvenirs amoureux finissent par se trouver assimilés aux manifestations naturelles propres à cette saison.

Signe est donc un poème plus traditionnel, autant par sa forme que par les thèmes qui y sont abordés.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article