Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Arthur T

Automne malade

 

Automne malade et adoré
Tu mourras quand l’ouragan soufflera dans les roseraies
Quand il aura neigé
Dans les vergers

Pauvre automne
Meurs en blancheur et en richesse
De neige et de fruits mûrs
Au fond du ciel
Des éperviers planent
Sur les nixes nicettes aux cheveux verts et naines
Qui n’ont jamais aimé

Aux lisières lointaines
Les cerfs ont bramé

Et que j’aime ô saison que j’aime tes rumeurs
Les fruits tombant sans qu’on les cueille
Le vent et la forêt qui pleurent
Toutes leurs larmes en automne feuille à feuille
Les feuilles
Qu’on foule
Un train
Qui roule
La vie
S’écoule

Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913

 

Nuage de mots - Automne malade

J'ai choisi de reprendre cette photographie connue d'Apollinaire portant un bandage autour de la tête suite à une trépanation. Pendant la première guerre mondiale où il s'engage comme volontaire, il est blessé à la tempe par un éclat d'obus en mars 1916. Le poème Automne malade parle de l'inéluctable qui a une tonalité mélancolique mais sans amertume, il y a aussi un hymne à la vie avec ce qui prend fin et recommence, ce qui s'écoule. Je trouve ce poème très beau.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article