Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Alan A

Chantre

 

Et l’unique cordeau des trompettes marines

 

Guillaume Apollinaire, Alcools, 1898-1913

 

Cher journal

Nous sommes le 3 Janvier 1913, et demain je publie mon fameux recueil sur lequel je travaille depuis plus de 15 ans. Je t'en avais parlé, il s'agit d'Alcools. Néanmoins des doutes me rongent l'esprit, la ponctuation n'es pas à mon goût et j'aimerais y rajouter de nombreux poèmes.

Tiens ! Il faut que je te lise celui que j'ai écrit hier, je l'ai appelé Chantre. Bon, il est certes un peu court mais de toutes façon je me fiche des traditions poétiques.

Voilà :" Et l'unique cordeau des trompettes marines".

Les lecteurs vont surement se dire que je n'ai pas beaucoup d'inspiration mais bon, qu'ils pensent ce qu'ils veulent ! Je pense l'ajouter au recueil, il faut vraiment que je recontacte vite ma maison d'édition avant qu'ils commencent à imprimer.  J'y ai réfléchi en plus à ce poème ! J'ai du culot de nommer un poème aussi court un chantre mais seul les plus adroits sauront trouver le véritable sens. Ils penseront qu'il s'agit d'un texte destiné aux offices religieux alors qu'ici le mot "Chantre" exprime la musicalité !

Je piège les lecteurs car en lisant ce poème, ils prononcent "chantr(e) et l'" ce qui phonétiquement correspond à "chanterelle", soit la première la plus aigue des instruments à manche comme la luth le violon ou la harpe ! Je file alors ce jeu de mot au cours du poème avec "l'unique cordeau" ce qui bien entendu renvoie à un instrument à corde. Les "trompettes marines" ne font de plus pas allusion au biniou breton (loin de l'idée d'un chantre) mais bel et bien à un instrument à cordes encore une fois. Il s'agit d'un instrument assez populaire au XVIIème siècle, qui obtenait un son cuivré de flûte ou de trompette grâce au frottement à l'archet de l'unique corde. Molière le disait bien :"la trompette marine est un instrument qui me plaît, et qui est harmonieux" dans le Bourgeois gentilhomme. C'est donc assez ironique de ma part d'associer un "chantre" et des "trompettes marines" à première vue, mais la vérité est bien différente, tu comprends ?

J'ai vraiment envie de bouleverser le lecteur quand il le lira : le poème n'a aucun sens ! Quel intérêt aurais-je à évoquer une corde d'un instrument oublié depuis plus de deux siècles ? Premièrement le titre ! Je veux attiser la curiosité du lecteur, choqué par une si grande désinvolture de ma part. Il recherche sans cesse des sens nouveaux et toujours plus farfelu. De plus avec ce monostique, je tourne le dos aux vers obèse et classique de la tradition héroïque. Pourquoi un titre déclencherait une farandole interminable de vers ?  J'aime la modernité, et je veux le faire comprendre, en espérant que Zone aura déjà fait une part du travail :" Bergère ô tour Eiffel le troupeau des ponts bêle ce matin". Par cette approche si minimaliste, je veux montrer que les traditions poétiques ne m'intéressent pas. Lamartine, Musset, Vigny ..., qu'ils aillent se faire voir ! 

 

Fake - Chantre
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article