Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Carla

Le soleil ce jour-là s'étalait comme un ventre

Maternel qui saignait lentement sur le ciel 

La lumière est ma mère ô lumière sanglante

Les nuages coulaient comme un flux menstruel

vers 1 à 4 page 108 du poème Merlin et la vieille femme

Affichage - Alcools

J'ai adoré la métaphore de l'auteur qui compare le ciel à des menstruations. Ces vers sont très beaux et très artistiques. J'ai voulu mettre en image la métaphore d'Apollinaire, c'est pour cela que j'ai écrit les vers sur un papier, que j'ai découpé en forme de serviette hygiénique. 

 

 

Le pré est vénéneux mais joli en automne 

Les vaches y paissant 

Lentement s'empoisonnent

vers 1 à 3 page 73 du poème Les Colchiques

Affichage - Alcools

Dans ces vers, la mélancolie mélangée à la beauté du paysage décrit m'ont touchée. J'ai fait le choix d'un papier en forme de feuille pour rappeler le thème de l'automne. 

 

 

Sais-je où s'en iront tes cheveux 

Crépus comme mer qui moutonne

Sais-je où s'en iront tes cheveux

vers 16 à 18 page 98 du poème Marie

Affichage - Alcools

Ces vers sont extraits d'un poème d'amour, c'est pourquoi j'ai écrit ces vers sur le corps pour rappeler la sensualité. 

 

 

Le fleuve est pareil à  ma peine

Il s'écoule et ne tarit pas 

Quand donc finira la semaine

vers 21 à 25 page 99 du poème Marie

Affichage - Alcools

Ces vers sont les derniers de ce poème, Marie, ils sont tristes et me font penser à un chagrin d'amour, c'est pourquoi j'ai décidé de chiffonner le papier mouillé.   

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

yuna 09/03/2020 09:46

Des images originales, illustrant merveilleusement bien le poème !