Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Matthieu

Oraison funèbre - Hippolyte

 

O Hippolyte, fils d’Antilope et de Thésée,

Dans tous les combats,  sur terre ou en mer Égée

Dans bien des batailles, tu t’es montré courageux

Tu t’es battu pour ton peuple, toi qui fus  si valeureux !

La gloire ne comptait pas pour toi

Tu admirais et aimais ton père, ton roi

Tu nous as quittés bien trop tôt

Sans même nous laisser le temps d’un dernier mac do !

 

La colère des dieux s’est abattue sur toi

Banni, tu n’as pas eu d’autre choix

Que de quitter le royaume qui t’a vu grandir…

Renié, ton père t’a accusé de le trahir

Tu as été victime d’une abominable injustice

Thésée a appelé sur toi les dieux pour qu’ils te punissent

Tu as été accusé à tort d’aimer celle qui te servait de mère

Et tu fus renié par ton père

Oenone pour protéger sa maîtresse n’a pas hésité

A t’accuser d’aimer Phèdre qui n’a pas  démenti

Toi qui secrètement aimais la douce  Aricie

Tu étais un bon fils, qui avait le sens de l’honneur

Jamais auparavant tu n’avais ressenti la peur

Ce n’est que lorsque Phèdre t’a ouvert son cœur

Que tu as été pris de terreur !

 

Quelle tristesse de mourir ainsi,

Trainé par les chevaux que tu as dressés,

Toi qui a terrassé

Le monstre venu pour te tuer.

Ton père a juré de respecter ta dernière volonté

Repose en paix, mon ami,  il prendra bien soin d’Aricie.

 

 

 

On notera au vers 8 de l'oraison un étonnant anachronisme. L'auteur de cette oraison était-il un oracle ?

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article