Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Giulio,Lorenzo,Tommaso

Réflexion - Qu’appelons-nous barbarie chez l’autre pour ignorer la nôtre?

L’esclavage pratiqué dans les colonies par les européens au siècle des Lumières, en réalité, n’est jamais terminé. En fait, les peuples qui vivent dans les continents les plus pauvres, sont toujours exploités par ceux qui ont du  pouvoir sur la Terre ; leurs terribles conditions de vie sont le symbole de la barbarie des peuples riches.

Très souvent, on croit que l’absence de civilisation dans les pays sans argent signifie que le peuple qui y vit est aussi sauvage. On pense que l’homme qui vit dans la nature a un esprit animal et donc sans humanité (c’est presque un prétexte pour l’exploitation) mais, à vrai dire, l’individu humble est celui qui a plus de respect et valeurs humaines.

Au contraire, l’homme riche est le vrai barbare ; ne pas respecter  les droits de ceux qu’on considère différents ou seulement avoir des préjugés  envers d’autres peuples démontre la grande inhumanité et brutalité de l’individu privilégié.

Aujourd’hui les peuples vandales, les plus riches, font partie de l’élite dirigeante des pays comme Chine, Russie ou États-Unis, tandis que les exploités (soumis, en réalité, comme au siècle des Lumières) sont principalement les  gens de l’Afrique, de l’Amérique du Sud ou de l’Asie pauvre, mais pas seulement eux. Malheureusement, donc, on vit encore dans un monde gouverné par peu d’hommes, où l’argent est le vrai pouvoir et où, si on nait dans un pays riche, on est très chanceux.

 

Source image :

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article