Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Arthur R.

Tribune - Cannibale de Didier Daeninckx

Cannibale de Didier Daeninckx raconte, à travers une fiction réaliste, l'horreur et l'absurdité de l'Exposition coloniale de 1931, vécue par Gocéné, un membre de la tribu Kanak de Nouvelle-Calédonie.

 

Le récit est saisissant: par le biais de nombreuses indications toponymiques et géographiques, l'auteur nous plonge dans le Paris des années 30 mais aussi dans la Nouvelle-Calédonie des années 80, au cœur de la révolution Kanak pour l'indépendance.

 

 Gocéné, Minoé et Badimoin, de jeunes Kanaks, ont été forcé à quitter leur terre natale pour rejoindre l'exposition coloniale. 

                                             

Tribune - Cannibale de Didier Daeninckx

Source image

Ce roman nous indigne au plus haut point à cause de l'inhumanité dont ont fait preuve les Européens à leur égard. Exposés par les Français dans le zoo de Vincennes, ils sont forcés à jouer les sauvages afin de valider les préjugés qu'ont déjà les visiteurs sur eux.

 

Le lecteur s'attend d'abord à ce que la direction de l'Exposition, le haut-commissaire Albert Pontevigne et les gardiens du zoo aient conscience de l'horreur de ce qu'ils commettent. Or le récit nous montre qu'ils finissent par s'auto-convaincre du caractère bestial des peuples issus des colonies et ainsi à se déculpabiliser, si toutefois ils ont éprouvé des scrupules à un seul moment.

 

Le meurtre de Badimoin, le cousin de Giocéné, à la fin de l'ouvrage, est un choc. Ainsi la criminalité de l'Exposition est portée à son paroxysme et Daeninckx finit d’écœurer le lecteur.

 

La solidarité interethnique entre natifs des colonies est illustrée à travers l’assistance que porte Fofana, un Sénégalais né en Casamance qui a vu tous les jeunes de son village condamnés à mourir pour la France à Verdun, à Badimoin et Gocéné eux-mêmes poursuivis par des gendarmes après leur évasion du zoo.

 

Cependant, le tableau manichéen (les gentils noirs contre les méchants blancs) dressé dans la scène précédente est nuancé par le sauvetage de Gocéné par Francis à la fin du livre. Cet ouvrier blanc a écopé de 15 ans de prison pour son action héroïque et a fini par aller vivre en Nouvelle-Calédonie. L'auteur met également en valeur la naissance d'un discours divergent, par l'intervention d'une communiste qui, faisant barrage devant le commissariat général de l'Exposition, appelle à la solidarité avec le genre humain et à ne pas visiter l'Exposition coloniale.

 

Enfin, Cannibale est également une critique de la politique française des années 30, ici sous la présidence de Paul Doumer. Les principes mêmes qui sont au fondement de la république française, la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, sont bafoués et l’hypocrisie des politiciens y est dénoncée.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gwen 14/04/2020 13:54

Cet article est très bien, cependant, Francis Caroz a écopé de 3mois de prison et non 15ans...