Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par i-voix

Florilège - i-voix aux mains d'argent 2018-2019 2

 

Effraction, immersion, contraction, dilatation, substitution : tout au long de l'année, les lycéens i-voix ont aimé couper-coller-insérer-remplacer... dans des œuvres variées.

 

A la manière des cut-up de William Burroughs, des cadavres exquis surréalistes, des centons oulipiens, des MashUp vidéos, ils explorent ainsi, à l'ère du numérique, une façon originale de s'approprier des textes littéraires et d'en créer de nouveaux. Cette activité, ludique et pédagogique, permet de comprendre de l'intérieur l'univers d'un auteur, de faire résonner en soi ses mots, de partager les sensibilités et les imaginaires, de travailler la langue, de faire jaillir de soi des éclats de poésie. Alors peut-être la littérature retrouve son pouvoir de vibration et de façonnement.

 

Saurez-vous reconnaître les oeuvres qu'ils ont ainsi goulûment dépecées, chirurgicalement charcutées, poétiquement électrocutées ?...

Tim Burton - Edward aux mains d'argent

Image originelle : Tim Burton - Edward aux mains d'argent

 

Florilège - i-voix aux mains d'argent 2018-2019 2

CAUCHEMARS ET CADAVRES

 

Il ne fait ni jour ni nuit.

Il n'y a pas d'horizon

Des êtres vivent dans ce pays :

Les innocents pourrissants 

qui se camouflent dans le brouillard

Leur peau est recouverte d'ombre

Ce sont des chiens perdus 

qui se réfugient dans les plaies 

Des enfants puants ensevelis

recroquevillés dans nos coeurs

Une armée de fantômes

Des orages affamés

Ils sont le sourire tordu de la nuit

 

Pas sommeil

Le peuple des ombres n'est plus là

Le fut-il jamais ?

 

Contraction - Thomas Vinau

 

 

Exorbité. Impassible. Menaçant.

Le temps sur ma poitrine

Silhouette cabossée

dont la soif ne s'étanche jamais 

se cache n'importe où

sous les couvertures

au bord de ses paupières

dans les petites baies glacées de nos orbites

au fond de ton sourire

puis surgit en riant trop fort 

sur des milliers de poissons morts

Charognant vos carcasses endormies

 

L'horizon tomba

dans son trou

La mort meurt.

 

Florilège - i-voix aux mains d'argent 2018-2019 2

 

On est comme à la gare

 

On a les yeux secs et les doigts pleins de poussière

 

On a les mains humides

 

On parle

 

tu oublies

 

 

Contraction de Valentin

 

Florilège - i-voix aux mains d'argent 2018-2019 2

 

Cher Toi, Monarque des glaces,

 

Tu deviens peu à peu l'espace de l'écriture.

Objet de mes rêves

A ton approche, les nuits sont de plus en plus courtes.

Toi et moi pétris par des hardes d'étoiles

A petits pas rapides nous déplions de larges ombres

Et devant nous tout peu à peu s'étoile.

Les papillons se rassemblent pour le grand départ

Toi aussi tu es de cette race et déjà tu entames ta migration

Tu t'échappes

Dans notre chambre noire je t'écris notre poème

J'entame de profondes brasses dans la douleur

Mais la crécelle du coeur tourne encore.

 

Des banquises de silences.

J'abandonne

Ta parole à venir, voici le climat qu'il me faut.

 

Contraction - dilatation de Véra

 

Florilège - i-voix aux mains d'argent 2018-2019 2
Florilège - i-voix aux mains d'argent 2018-2019 2

 

Dans l'entrée du 6659

laissant mes effets, plus penser

shout-out crisse de folle,

j'ai gagné la femme de ma vie.

 

 

 

Contraction de Victoria

 

 

Florilège - i-voix aux mains d'argent 2018-2019 2

 

époque triste des temps

qui entre de partout

où la lumière coule

de nuit.

 

Contraction d'Emma

Florilège - i-voix aux mains d'argent 2018-2019 2

 

        simple comme toute lumière toute ô

        transparente car illuminée désespérément

        c'est la romance de ceux qui viennent de l'eau

        oubliés jusque maintenant comme présents 

 

Contraction d'Anouk

 

 

Florilège - i-voix aux mains d'argent 2018-2019 2
Florilège - i-voix aux mains d'argent 2018-2019 2

 

Pour bien lire ce typoème il faut du regard refaire les mouvements de l'amour

ils dérèglent les sens y compris celui de la lecture

 

 

Contraction de Camille

 

 

 

J'ATTENDS TOUJOURS CELLE QUI ME DIRA OUI

 

je vais enterrer mes mots

la fille parfaite

la femme de ma vie

mon âme soeur 

j'ai succombé à ta face de

I Put a Spell on You

toi mannequin, toi plastique, toi peau douce

ton corps sculpté au styrofoam

tes courbes dans le creux d'un moule en plâtre

je deviens lentement aveugle

même si tu ne seras jamais 

mine

l'amour ça éclate toujours avec fracas

pendant que tu t'en vas

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article