Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Nina, Mathilde, Anouk et Margaux

Théâtre-image - Lorenzaccio, Acte II, scène 6

 Extrait de la pièce (pages 123/124) 

Lorenzo

Où diable est ma guitare ? Il faut que je fasse un second dessus à Giomo.

Tebladeo

Altesse, je n'en ferai pas davantage aujourd'hui.

Giomo, à la fenêtre

Que fait donc Lorenzo ? Le voilà en contemplation devant le puits qui est au milieu du jardin : ce n'est pas là, il me semble, qu'il devrait chercher sa guitare.

Le Duc

Donne-moi mes habits. Où est donc ma cotte de mailles ?

photographie d'Alexandre, de Tebladeo, de Lorenzo et de Giomo

photographie d'Alexandre, de Tebladeo, de Lorenzo et de Giomo

 

 Note d'intention 

Nous avons choisi de mettre en scène cet extrait de la pièce car nous trouvons que cette partie met en avant le "passage à l'acte" du projet secret de Lorenzo de Médicis, qui est de tuer son cousin et Duc de Florence en 1537, Alexandre de Médicis.

A travers cet extrait, nous avons voulu mettre en évidence la notion de "double-visage" de Lorenzaccio (interprété par Anouk), en le représentant de dos et à l'arrière-plan de la photo. Il est difficile de distinguer ce qu'il est en train de faire, ni pourquoi il est à cet endroit, mais cette présence intrigante a pour but de semer le doute chez le spectateur, provoquant un suspens et des questions sur les véritables intentions du cousin d'Alexandre de Médicis.

Celui-ci (interprété par Nina, au centre de la photo), pose fièrement, dressé sur une chaise, comme pour suggérer sa supériorité et la soumission qu'il impose aux Florentin.e.s. Sur son visage, on devine une expression, comme un rictus diabolique rappelant qu'il est le tyran régnant à Florence. Ses yeux, remplis de mépris et de "supériorité" sont tournés vers le peintre Tebaldeo (interprété par Margaux), assis, à sa droite et légèrement de biais et en retrait, symbolisant la peur constante du Duc de Florence. Il tient dans ses mains une palette de couleurs, qu'il n'utilise pas. Cela renforce le côté obscur d'Alexandre de Médicis : il est si sombre, si malhonnête qu'il est impossible pour Tebaldeo de le peindre avec des couleurs vives telles que le rouge, le jaune, le vert, le bleu ou le mauve.

Quant à Giomo (interprété par Mathilde), il se situe sur la gauche du Duc. Sa guitare dans les bras, il regarde naïvement à la fenêtre, le regard tourné vers Lorenzo de Médicis, préparant son meurtre. Ce personnage est essentiel dans la mise en scène : c'est lui qui va provoquer le doute chez le spectateur avec sa réplique "Que fait donc Lorenzo ? Le voilà en contemplation devant le puits qui est au milieu du jardin : ce n'est pas là, il me semble, qu'il devrait chercher sa guitare." L'attention sera centrée alors sur le personnage de Lorenzo (éclairé par le soleil, l'espoir, la libération) et plus sur le Duc de Florence (assombris par l'obscurité de sa personne et de ses actes).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article