Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Anaïs

 

Retraçons la vie de notre ami disparu ...

 

Biographie de Vautrin :

     Vautrin, de son vrai nom Jacques Collin était un ancien forçat né en 1799, comme Balzac. C'était un évadé du bagne de Toulon et du bagne de Rochefort, il avait été condamné à 20 ans de bagne pour un faux meurtre commis par un autre. Il était chef d'une bande de malfrats appelé "Les Dix Mille", il était également connu sous diverses pseudonymes, Vautrin, Trompe-la-Mort (il devait ce surnom au fait qu'il n'a jamais risqué de condamnation), M. de Saint-Estève, Carlos Herrera mais encore William Barker, afin de rester discret et ne pas se faire repérer.

    Néanmoins, Vautrin était un homme très autoritaire, sûr de lui, intelligent, persuasif, doté d'un très grand savoir grâce à son réseau très étendu mais aussi près à tout pour arriver à ses fins, même si pour cela il devait tuer. Par ailleurs, c'était aussi un homme positif et qui, quand il appréciait une personne, allait essayer de l'aider du mieux qu'il pouvait. Il possédait également une très grande richesse grâce à son équipe de truands, c'est pourquoi il pouvait se permettre de donner de l'argent à Eugène mais aussi de bien se vêtir. Nous apprenons dans le roman que Vautrin n'aimait pas les femmes et avait une attirance pour les hommes, ce qui expliquait sa façon de se comporter avec Eugène de Rastignac qui se faisait très souvent complimenter par J. Collin.

  Trompe-la-Mort était un vieil homme élancé avec une grande et imposante carrure. Il était roux et portait une perruque. Son visage était fermé, froid, avec les traits tirés et entouré d'une barbe très désordonnée. Son regard était très dur, il transperçait les pensionnaires jusqu'à pouvoir lire au plus profond de leurs âmes. Cependant, ses yeux changeaient d'expression en fonction de la personne qu'il observait, par exemple lorsque ce dernier se fit arrêter, et qu'il regarda Rastignac ses émotions se transformèrent et laissèrent place à du chagrin, de la douceur ainsi que de la tristesse de quitter ce beau et jeune étudiant. A l'inverse, lorsqu'il cherchait le coupable de cette trahison, et que ses yeux se posèrent sur mademoiselle de Michonneau, on pouvait y lire toute la colère et le mépris qu'il ressentait à son égard.               

Biographie de Vautrin
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article