Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Anouk

Le personnage de Lorenzo, ou Lorenzaccio, est très complexe. Il a en effet de multiples facettes qui se dévoilent peu à peu dans la pièce.

Selfie de Lorenzaccio

Tout d'abord, Lorenzaccio a une phobie des épées. Dans l'acte I, scène 4, il énerve son adversaire, avec ses sarcasmes, comme à son habitude. Celui-ci, le sire Maurice va donc le défier en duel mais à la vue de l'épée, Lorenzaccio va s'évanouir.

"LE DUC

Regardez Renzo, je vous en prie,  ses genoux tremblent ; il serait devenu pâle, s'il pouvait le devenir. Quelle contenance, juste Dieu ! Je crois qu'il va tomber.

Lorenzo chancelle ; il s'appuie sur la balustrade et

glisse tout d'un coup.

LE DUC, riant aux éclats


Quand je vous le disais ! personne ne le sait mieux que moi ; la seule vue d'une épée le fait trouver mal. Allons, chère Lorenzetta, fais-toi emporter chez ta mère."

 

 

Ensuite, Lorenzo montre, dans la grande majorité de ses facettes, un côté méchant, cruel, sadique, diabolique. Il fait d’ailleurs une référence à Satan à la page 155 :

"Suis-je un Satan ?"

D'où le choix de faire apparaître un visage diablotin sur les photos représentant les pensées et le caractère du personnage principal.

 

Selfie de Lorenzaccio

 

Pour finir, les pensées et le caractère de Lorenzo sont représentés dans un tunnel avec, pour seule source de lumière, un éclairage vert dans le fond, à la sortie.

Le tunnel représente la trame de la pièce de théâtre, le développement de Lorenzo. Et la fin, la chute brutale mais attendue.

La couleur verte est symbolique de l'espoir. Tout au long de ma lecture, je n'ai pu m’empêcher d'en avoir pour Lorenzaccio. J'ai toujours espéré qu'il quitte le côté obscur de la force.

 

Je suis rongé d'une tristesse auprès de laquelle la nuit la plus sombre est une lumière éblouissante.

Lorenzaccio, Acte III, scène III

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article