Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Manuel

Auteur : Sophie G. Lucas

Titre : Assommons les poètes !

Edition : La contre allée

Année : 2018

Thèmes principaux : l'écriture, la poésie, le voyage, la vie de poète contemporain, la lecture, le quotidien, les livres

Particularités formelles : c'est un assemblage de notes écrites par l'auteure à propos de sa vie en tant que poétesse contemporaine. Il ressemble beaucoup à un journal intime selon moi, car elle y décrit son quotidien, ses voyages, ses rencontres ... C'est un recueil en prose, mais il reste assez poétique car il y a beaucoup de descriptions différentes (la rue, l'intérieur d'un bar, la ville,...), ce qui fait visualiser beaucoup d'images. Sophie G. Lucas parle à la première personne, ce qui renforce le côté 'journal intime' de ce livre. Chaque "poème" fait entre 2 et 12 pages. Il y a beaucoup de références à d'autres livres, et de citations de ces livres, plus ou moins connus (de Lewis Caroll à Bernard Bretonnière, en passant par Voltaire).

Lecture - Sophie G. Lucas : Assommons les poètes !

 

Jugement critique : J'ai beaucoup aimé ce recueil, et il m'a beaucoup inspiré, il me semble donc intéressant de le sélectionner pour i-voix 2018-2019.

Premièrement, parce que ce n'est pas du tout de la poésie traditionnelle, mais cela reste poétique : en le lisant, beaucoup d'images me sont venues en tête, car il y a un grand nombre de descriptions, qui sont plutôt réalistes, on ne se perd pas dans des descriptions trop vagues ou abstraites. Et elles vont voyager dans les rues de Montréal, à New York, dans une librairie inconnue, à Dunkerque,...

D'après moi, son enjeu est de montrer que la poésie est partout, et qu'elle est vitale, même si elle est assez peu représentée aujourd'hui. L'écrivaine mêle fiction et réalité, si bien que, parfois, on ne sait pas trop si ce qu'on lit relève de l'imagination ou du réel. C'est sûrement là que réside sa principale difficulté. Cependant, on se laisse porter par ce rêve éveillé, cette vie mélangée à celle de personnages de fiction ou d'auteurs (par exemple, entre la page 71 et la page 83, la poétesse fait vivre le personnage du livre Alice au pays des merveilles à New York, le sort de son livre pour le confronter à la vérité, qui n'est pas si merveilleuse que ça).

Sophie G. Lucas nous fait nous rendre compte que pour mieux vivre, il faut lire, et inversement. Que la littérature, au même titre que la photographie (voire peut-être mieux encore), peut nous faire voyager, nous faire ressentir des sensations, nous faire voir des choses. Et que, quand on est poète, on l'est tout le temps, pas que lorsqu'on s'assoit à sa table devant son ordinateur ou son carnet, un stylo à la main. 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article