Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Adèle - Mona

 

Une scène de Marivaux enrichie de didascalies, d'émoticônes et de SMS envoyés par les personnages via leurs smartphones ...

 

Scène enrichie - Acte I, scène 4

Scène IV

MONSIEUR ORGON, MARIO.
 
 
 
Scène enrichie - Acte I, scène 4
 
 
Monsieur Orgon, sortant une missive de son vêtement.

 

Écoutez l’article de la lettre du père. Hum… « Je ne sais au reste ce que vous penserez d’une imagination qui est venue à mon fils : elle est bizarre, il en convient lui-même ; mais le motif en est pardonnable et même délicat ; c’est qu’il m’a prié de lui permettre de n’arriver d’abord chez vous que sous la figure de son valet, qui, de son côté, fera le personnage de son maître. »

 
Mario, amusé.

 

Ah ! ah ! cela sera plaisant.

 
Monsieur Orgon, continuant solennellement sa lecture.

 

Écoutez le reste… « Mon fils sait combien l’engagement qu’il va prendre est sérieux ; il espère, dit-il, sous ce déguisement de peu de durée, saisir quelques traits du caractère de notre future et la mieux connaître, pour se régler ensuite sur ce qu’il doit faire, suivant la liberté que nous sommes convenus de leur laisser. Pour moi, qui m’en fie bien à ce que vous m’avez dit de votre aimable fille, j’ai consenti à tout, en prenant la précaution de vous avertir, quoiqu’il m’ait demandé le secret de votre côté. Vous en userez là-dessus avec la future comme vous le jugerez à propos… » Voilà ce que le père m’écrit. Ce n’est pas le tout, voici ce qui arrive ; c’est que votre sœur, inquiète de son côté sur le chapitre de Dorante, dont elle ignore le secret, m’a demandé de jouer ici la même comédie, et cela précisément pour observer Dorante, comme Dorante veut l’observer. Qu’en dites-vous ? Savez-vous rien de plus particulier que cela ? Actuellement, la maîtresse et la suivante se travestissent. Que me conseillez-vous, Mario ? Avertirai-je votre sœur, ou non ?

 
Mario, s'interrogeant.

 

Ma foi, monsieur, puisque les choses prennent ce train-là, je ne voudrais pas les déranger, et je respecterais l’idée qui leur est venue à l’un et à l’autre ; il faudra bien qu’ils se parlent souvent tous deux sous ce déguisement. Voyons si leur cœur ne les avertirait pas de ce qu’ils valent. Peut-être que Dorante prendra du goût pour ma sœur, toute soubrette qu’elle sera, et cela serait charmant pour elle.

 
Monsieur Orgon, impatient de découvrir la réaction de sa fille.

 

Nous verrons un peu comment elle se tirera d’intrigue.

 
Mario, fier de leur supercherie.

 

C’est une aventure qui ne saurait manquer de nous divertir, je veux me trouver au début et les agacer tous deux.

 

 

Scène enrichie - Acte I, scène 4
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article