Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par enora Cou

Palimpeste oulipien - Louison Lab 12

En 1555, l'éditeur Jean de Tournes publie à Lyon les Sonnets de Louise Labé.

En 2018, les lycéen.nes i-voix en découvrent à Brest le manuscrit original. Les variantes sont particulièrement intéressantes : aucun des vers inconnus qui y figurent ne comprend la lettre E. Révélation : comme le démontrent ces décasyllabes lipogrammatiques, Louise Labé doit bel et bien être considérée comme la fondatrice de l'OuLiPo !

 

Le sonnet 12 dans l'édition Jean de Tournes

Palimpeste oulipien - Louison Lab 12

Luth, compagnon de ma calamité,
De mes soupirs témoin irréprochable,
De mes ennuis contrôleur véritable,
Tu as souvent avec moi lamenté ;

Et tant le pleur piteux t'a molesté
Que, commençant quelque son délectable,
Tu le rendais tout soudain lamentable,
Feignant le ton que plein avais chanté.

Et si tu veux efforcer au contraire,
Tu te détends et si me contrains taire :
Mais me voyant tendrement soupirer,

Donnant faveur à ma tant triste plainte,
En mes ennuis me plaire suis contrainte
Et d'un doux mal douce fin espérer.

 

Variantes dans la version oulipienne originale

Tant sanglot navrant suis mon affliction,

Grouillant maint inclinaison distrayant,

Toi saisissant tout parmi prompt voulu,

Nonchalant l'air tant couchant, abondant.

Louise Labé l'oulipienne

J'ai choisi ce poème car il m'a beaucoup plu.

En lisant ce poème pour la première fois, j'ai trouvée une signification intéressante par la façon adoptée pour représenter le luth.

Il y a une belle personnification et une valeur affective connotée par cet instrument.

J'ai également trouvé la manière intéressante pour exprimer la plainte par le registre élégiaque.

En réécrivant ce poème sans la lettre "E", mon objectif était de retranscrire fidèlement le sens du poème de façon plus simple pour exprimer ce sentiment de plainte.

Pour laisser le lecteur imaginer le dénouement de cette déception amoureuse.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article