Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Alessia R.

À travers l'œuvre d'art l'expression n'est pas uniquement fin en soi ni à l'intérieur de l'auteur, mais elle reflète les éléments qui, même si inconsidérablement, unissent chaque être humain. 


C'est pourquoi je vais commencer en analysant l'œuvre d'art, du point de vue des raisons pour lesquelles l'auteur est poussé, les causes qui font qu'il exprime certaines introspections, et les fins , s'il y en a, pour lesquels l'artiste transporte sa propre intériorité à travers l'œuvre.

Généralement nous associons l'ouvre d'art à une expression, souvent implicite, capable de représenter tout ce qui comble intérieurement l'artiste même, dans toute sa complexité.


Grâce à l'œuvre, il combine en fait intellect et imagination, pensée et créativité, conduit par le désir instinctif de se détacher de chaque déformation de sa propre intime réalité, pour la concrétiser comme pure réflexion de soi-même.


Donc l'œuvre d'art incarne un besoin intrinsèque de s'analyser à travers l'introspection, parfois pour se comprendre un peu mieux ou pour trouver des reposée à certains doutes et inquiétudes, en représentant de manière concrète et visible ce qui au contraire est invisible. 


Alors, en tant que réflexion d'une multitude d'émotions et de sensations humaines, elle crée un équilibre entre la subjectivité de l'artiste et celle de ceux qui observent son travail, donnant naissance à un élément de contact qui les relie : l'œuvre d'art est observée mais à la fois est observatrice, attirant attention de l'intériorité humaine et créant un rapport entre le présent et la mémoire.


C'est donc à l'imagine de l'auteur, comme si l'âme se reflétait implicitement en raison d'un besoin individuel d'expression et quelquefois d'auto compréhension, mais c'est aussi inconsciemment perceptible dans l'âme de tout autre homme, qui soit capable de lire l'âme de l'auteur et de s'identifier directement. 


Donc le monde qui est dans l'œuvre n'appartient pas seulement à l'individu, qui en est le protagoniste, mais il devient un monde dont tout individu peut s'approprier.

 

Néanmoins l'œuvre d'art est souvent perchée comme une concrétisation individuelle de l'intériorité de l'artiste, en tant que subjective expression de ses expériences et vérités , et en fait compréhensible uniquement par lui-même.


Par conséquent elle représente un élément de pure technique, lequel cache toutefois une histoire inintelligible.


Dans cette perspective le monde auquel l'œuvre appartient et dont elle est réflexion, diverge du monde collectif, en créant une sorte d'inaccessibilité à l'âme de l'œuvre et de l'auteur même. 

Cependant l'individualité de l'œuvre se compose par expériences, sensations, idées, lesquelles figurent dans la psychologie de chaque être humain, même si différemment. Donc il est inconcevable de se considérer complètement déconnectés par elle et le monde qu'elle nous révèle présente sûrement une continuité avec notre existence. 

 

Pour conclure, nous pouvons affirmer que , bien que l'œuvre constitue l'individualité de celui qui l'a créée, puisque subjective et compréhensible seulement par lui-même, elle inclut une infinité d'états d'âme humains, cachés par le blindage du corps et exprimés par le talent de l'art, qui est possédé dans notre nature et donc impossible d'être retenue incompréhensible. 

Voilà donc comme l'exprime Hans Georg Gadamer : "nous apprenons à nous comprendre nous-mêmes, c'est-à-dire que nous dépassons sa discontinuité et sa ponctualité de l'expérience vécue dans la continuité de notre existence" : en d'autres termes nous permet de relever les aspects  qui nous unissent sur le plan émotionnel à l'auteur, en reliant les mondes, apparemment distincts et en dépassant la discontinuité entre les experts. 

Réflexions - L'œuvre d'art comme un miroir de l'âme
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article