Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Diletta

Lettres persanes 2017 - Vêtements clairement noirs

 

Rica à Ibben

A Ispahan

 

Depuis que je suis ici, je me sens comme une œuvre d’art au Louvre. Tous me regardent ! Je mange, ils me regardent. Je bois, ils me regardent. Je cours, ils me regardent. La seule chose qui manque, c’est qu’ils me regardent aussi quand je dors. J’essaie d’attirer les attentions des gens par ma beauté, mais on a exagéré : femmes, hommes, enfants pensent que je suis une espèce de créature bizarre venue d’une autre planète. Je ne sais plus que penser : je ne savais pas avoir les yeux bleus et la peau verte ! Mais chaque jour on peut apprendre quelque chose de nouveau !

 

J’étais fatigué de voir tous les yeux de tout le monde qui me regardaient. C’est pourquoi j’ai décidé d’abandonner mes vêtements colorés et décorés ainsi que ma culture, pour adopter de nouvelles coutumes qui sont vraiment mieux : des jeans noir avec un T-shirt noir un peu noir, un pull noir et des chaussures clairement noires. J’aime beaucoup l’Europe en particulier la France parce que chacun a son style : tous habillés en noir, blanc ou gris ! Et moi qui croyais que les couleurs existent un petit peu partout !

 

Après avoir jeté mes coutumes dans la poubelle, je me suis regardée dans le miroir avec les vêtements noirs. J’ai pensé : maintenant je suis parfaite et j’exprime vraiment qui je suis. Moi je pensais être vraiment originale mais plus personne ne me regardait : je suis devenue presque invisible, un fantôme on dirait. Quand on m’entendait parler ma langue, toutes les personnes s’intéressaient à nouveau à moi, d’une manière presque exagérée. Et donc j’ai pensé : « et si je colorais ma langue de noir ? » Mais je suis sûre qu’on trouvera dans le futur le moyen de le faire.

 

A Paris, chaque jour signifie de nouveaux vêtements. J’ai entendu parler une amie Charlotte, laquelle affirme qu’utiliser deux jours les mêmes vêtements est … un crime !

Combien de fois j’aurais dû finir en prison dans ce cas !

 

A Paris

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article