Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Mona

Le collectif devant son décor, saluant son public.

Le collectif devant son décor, saluant son public.

    Nous avons eu la chance d'assister à la représentation de la pièce de théâtre Timon/Titus dans le cadre de notre cours de Français. Cette pièce, mise en scène par David Czesienski et magnifiquement jouée par le collectif OS'O, est inspirée de deux pièces du grand William Shakespeare : Titus Andronicus et Timon d'Athènes.

    Cette représentation de 2h20 est passée à une vitesse folle ! Les comédiens sont géniaux et parviennent à nous faire passer par une large palette d'émotion et de réflexion en quelques minutes. Une mise en scène très dynamique et vivante, avec encore une fois des comédiens prêts à tout pour susciter l'engouement du spectateur : par leurs voix et leurs gestes très expressifs, nous sommes complètement happés par l'action. Rire aux éclats puis rester pétrifiée d'effroi, tout en se questionnant sur notre société et nos moeurs, voilà pour moi la recette parfaite d'une bonne pièce de théâtre !

    Les thèmes principaux de la pièce sont les questions de la dette, de l'argent, du testament, de l'héritage familial et des problèmes qu'ils entraînent, faisant appel à un instinct de domination et à une soif de pouvoir naissante quand la question de l'argent apparaît... En effet, l'histoire met en scène quatre enfants d'un père récemment décédé, qui possédait un château. L'heure de l'ouverture du testament a sonné... Mais viennent s'ajouter à la famille deux enfants cachés ! Alors, qui va être concerné par le riche héritage ? Comme on pourrait s'y attendre, de nombreuses querelles apparaissent entre les protagonistes, allant jusqu'à l'assassinat de la quasi-totalité de la famille...

    Mais concrètement, quels sont les enjeux de la pièce ? L'originalité de la mise en scène vient du fait que l'intrique de départ, s'inspirant des pièces de Shakespeare, soit appuyée de plusieurs débats entre les comédiens, traitant de sujets de notre société actuelle tels que "Doit-on rembourser nos dettes ?", "Est-il malhonnête de ne pas rembourser nos dettes ?",  "D'où vient notre système monétaire ?". Ces débats sont animés de façon humoristique et vivante : les comédiens qui jouent ici leur rôle de citoyen moderne et non de personnage shakespearien sont assis à leurs tables individuelles et répondent aux interventions de leurs collègues en allumant leurs lampes de couleur verte ou rouge, pour indiquer leur accord ou désaccord. Ils jouent sur les mots et prennent des exemples rocambolesques (Adam et Eve se sont vu marchander des cochons contre du basilic... Ceci pour illustrer le troc). Les comédiens s'expriment à tour de rôle et nous permettent de réfléchir avec eux sur ces questions, qui sont finalement en lien direct avec les pièces de Shakespeare. Ces points nous invitent à nous interroger sur les fondements de notre société basée sur l'argent et de notre rôle dans ce contexte.

    L'adaptation des pièces de Shakespeare contient également des points très importants ; elle les aborde de façon très expressive et accessible. La mise en scène met bien en avant la question de l'héritage familial, ici très important (puisqu'il s'agit d'un château !), qui entraîne de nombreux différends entre les personnages, se terminant en fratricide. Le père avait en réalité décidé de léguer ses biens aux seuls deux hommes de la fratrie : ceci illustre la misogynie des hommes de la haute bourgeoisie de l'époque, même envers leurs filles.  De plus, on découvre une famille très bourgeoise, régie par une éducation chrétienne : les enfants ont appris à réciter des textes par coeur, sous peine de "corrections" (à coups de gifles) de leurs frères et soeurs. Cet aspect nous montre donc le mode de vie des familles bourgeoises de l'époque.  En plus de cela, s'ajoute la question de l'accueil dans la famille de deux enfants cachés : en effet, ces deux jumeaux (qui en outre ne semblent pas appartenir à la même classe sociale et avoir eu la même éducation que les quatre frères et soeurs) viennent compromettre le destin de ce fameux testament... Dans ces conditions, il est difficile de les accepter dans la famille !

    Voici les grandes lignes qui pour moi ressortent de la pièce de théâtre Timon/Titus, bien qu'il y ait de nombreux détails présents sur scène qui sont très intéressants et apportent de la vie à la pièce : je pense à ces magnifiques tapis persans qui ornent le sol foulé par les comédiens, ou encore les choix vestimentaires très représentatifs qui éclairent le contexte de la pièce.

   Vous l'aurez compris, j'ai adoré découvrir cette pièce de théâtre !

La bande annonce de la pièce !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pauline 20/10/2017 12:21

Article très complet et enrichissant, beau travail