Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Léna et Marianne

Raffalleo Sanzio, plus connu sous le nom de Raphaël (Raffaello), né le 6 avril 1483 à Urbino et mort le 6 avril 1520 à Rome, est un architecte et peintre de la Renaissance. Il porte aussi le nom de Raffaello Santi, Raffaello da Urbino, Raffaello Sanzio da Urbino. L'œuvre que nous avons traitée est La Donna Velata. La Velata tient son nom du fait que le tableau représente une dame voilée. La personne représentée sur le tableau apparaît dans un autre portrait réalisé par Raphaël, La Fornarina, et pourrait être identifiée comme la Fornarina (« boulangère ») Margherita Luti, maîtresse romaine de Raphaël. Cette oeuvre a été peinte en 1516, mesure 82 x 60,5 cm et est une huile sur toile.

 

Il s'agit d'un portrait où nous pouvons voir au premier plan une jeune femme voilée, portant des vêtements riches en textures et colories avec un voile qui descend sur ses épaules tenu par un bijou de cheveux. Il cache aussi son bras droit dont la main est posée sur la poitrine. Nous pouvons observer que son autre bras est en bas du tableau à gauche dont la main est partiellement visible. Le fond est de couleurs sombres, ternes.

 

Quand nous avons vu ce tableau, la douceur de ce visage nous a submergées de tendresse. Ses lèvres ont une légère teinte rosée, ce qui donne une impression d'affection, que ce moment est presque intime, peut - être un sourire destiné au peintre ? Sa peau est très lisse et pâle, qui apparaît clairement devant le fond sombre. Sa main, posée sur sa poitrine, pourrait être interprétée telle qu'elle ne voudrait pas dévoiler son intimité à Raphaël, repousser un désir charnel. La robe, elle aussi, est tellement bien travaillée, avec tous ces reliefs et ces précisions, qu'on pourrait croire qu'elle sort du tableau.

 

Ce tableau est caractéristique de la Renaissance, tout d'abord par la posture 3/4 du modèle, puis par le support et la peinture utilisés, ainsi que par la précision des traits. Pour finir par la représentation de nouvelles classes sociales, ce n'est plus seulement la noblesse qui est représentée.

 

La Donna Velata & Raphaël SanzioLa Donna Velata & Raphaël Sanzio

La Donna Velata & Raphaël Sanzio

Dialogue Lorenzo – Raphael :

 

Rome - Aube – chambre de soins de Raphaël

 

25 janvier 1520 - Lorenzo découvre le tableau « La dame voilée »

 

Raphaël Sanzio sur son lit de mort répond au jeune homme.

 

 

Lorenzo accroupi près du lit de Raphaël

 

Lorenzo : Que vous est il arrivé ?

 

Raphaël : J'ai contracté la malaria et depuis je ne peux plus sortir de mon lit.

 

Lorenzo : Je suis ici avec vous aujourd'hui à propos de votre dernière œuvre qui m'a intrigué et dont je suis devenu fou.

 

Raphaël : Mais de laquelle parlez- vous ?

 

Lorenzo : La Donna Velata bien sûr !

 

Raphaël : Oh je suis touché de vos remarques et je suis convaincu qu'elle vous a intrigué, il y a beaucoup de questions qui tournent autour de ce tableau.

 

Lorenzo : Pour commencer, que représente-t-elle à vos yeux ? Est-elle aristocrate ? d’après ses vêtements elle en a tout l'air ? A quoi pensiez-vous quand vous l'avez peinte ? Quelle signification a le voile ? Pourquoi cette palette de couleur est-elle aussi riche mais en même temps aussi monochrome ? Et aussi pour…

 

Raphaël coupe la parole à Lorenzo

 

Raphaël : Doucement mon garçon, tu vas finir par me faire un malaise. Tout d'abord, ce portrait représente pour moi la grâce et la modestie d'une jeune femme aimante et aimée.

 

Lorenzo : Tant de belles paroles, mais cette soi-disant jeune femme vous aime-t-elle ou aime-t-elle un autre homme ?

 

Raphaël : Je ne peux qu’espérer... Mais après tout là n'est pas le sujet !

 

Raphaël, mal à l'aise, se redresse

 

Lorenzo rit

 

Lorenzo : Mais pourquoi est-elle voilée ? Et aussi, que vouliez-vous faire ressortir de cette toile ?

 

Raphaël : Je voulais simplement la démarquer des autres avec une certaine divinité. Pour moi, la plus grande importance dans ce portrait est l'expression de son visage et ses vêtements, je ne voulais pas de fioritures inutiles.

 

Lorenzo : La doublure en satin jaune, le collier de pierre, les couleurs crème et beige rosé font de ce tableau un somptueux délice de coloris, et elle est si apaisante. C'est une première dans vos tableaux ! Pourquoi ?

 

Raphaël : Je vais répondre par une autre question simple. Lorenzo, croyez-vous en l'amour ?

 

Lorenzo éclate de rire

 

Lorenzo : MOI ? Je n'aime que le vin, le jeu et les filles, voyons !

 

Raphaël : Je suis désolé pour vous. Moi, je crois en l'amour et la peinture est mon moyen de l'exprimer.

 

Lorenzo : L'amour avec un grand A alors! Soit, mais son visage me pousse à me demander : que ressentiez-vous au moment où vous l'avez peinte ?

 

Raphaël : A vrai dire je ressentais une forte émotion…

 

Lorenzo coupe la parole à Raphaël

 

Lorenzo : Ah oui nous pouvons remarquer au visage de la dame qu'il y a une certaine complicité et une profonde intimité entre vous et le modèle, à travers ses yeux flamboyants.

 

Petit rire de Lorenzo

 

Raphaël : Je te prie de me laisser finir. J'y ai mis toute mon âme dans ce tableau. Maintenant Lorenzo, je me sens faible, je souhaiterais me reposer. Si tu as d'autres questions, tu pourras revenir me voir.

 

Lorenzo : Je vois, je dois partir à l'aube pour Florence, j'aurais juste une dernière question.

 

Raphaël : Je t'écoute.

 

Lorenzo : A-t-elle un prénom ?

 

Raphaël : Il y a une chose à savoir, c'est qu'elle n'est pas aristocrate, c'est une simple fille de boulanger de Sienne, nommée Marguerita Luti.

 

Dialogue - Lorenzo et Raphaël
Léna et Marianne au Palazzo Pitti à Florence devant le tableau de Raphaël

Léna et Marianne au Palazzo Pitti à Florence devant le tableau de Raphaël

Commenter cet article