Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Mathis et Gwenc'hlan

Nous avons choisi de commenter une scène centrale de la pièce, dans laquelle un homme nu dicte des conseils de gestuelle, de diction et de démarche au nouveau tyran, Arturo Ui. Bertolt Brecht, l'auteur de la pièce, voulait que ce personnage représente Hitler, qui venait d'arriver au pouvoir en 1941, date de parution de la pièce aux Etats-Unis. Nous pouvons donc faire un lien entre ce passage et un fait historique avéré, plus précisément les cours qu'a pris Adlof Hitler avec un célèbre photographe de l'époque, Heinrich Hoffmann. Il n'est cependant pas certain que ce dernier ait été forcé à se mettre à nu, ni même ridiculisé, l'auteur ayant certainement pris quelques libertés avec l'Histoire.

Cette scène est d'abord marquante par le choc que provoque un homme nu devant un public de plus de 1000 personnes, qui est une double humiliation. L'acteur est humilié devant le public, et le personnage devant les autres personnages.

Il est également intéressant de remarquer comme Arturo Ui semble accorder une véritable et primordiale importance à son image, ce qui consiste certainement en une autre critique de l’auteur envers la foule cette fois, qui peut se laisser galvaniser par le simple charisme et la simple préstance d’un homme, par ses mouvements et sa démarche. Ainsi l’avait théorisé Gustave Le Bon dans sa Psychologie des foules, paru en 1895, et dont Hitler avait été l’un des plus fervents lecteurs, au même titre que Roosevelt, Clemenceau, De Gaulle, mais aussi Mussolini et Lénine.

Il y a donc, dans cette scène, une double critique, la première étant celle de l’inhumanité d’Hitler et de ses freikorps (corps francs, groupes précurseurs de l’idéologie nazie), et la seconde celle des foules qui se laissent mener et manipuler par les gestes d’un homme, autant sinon plus que par ses idées.

Commenter cet article