Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Nine & Lou

Mercredi 29 mars 2017, nous avons eu la chance d'assister à la représentation théâtrale de L'irrésistible ascension d'Arturo Ui de Bertolt Brecht, mise en scène par Dominique Pitoiset.

 

Cette œuvre a pour volonté de retranscrire la mise en place d'un pouvoir tyrannique, Arturo Ui sera le marionnettiste de cette domination machiavélique.

 

Durant la pièce, nous avons particulièrement été fascinées par la qualité du jeu des acteurs. Notamment, celui de Philippe Torreton (Arturo Ui), qui incarnait à la perfection son rôle de représentant, corrompu par la soif de pouvoir.

 

La scène finale est selon nous la plus mémorable. Tout d'abord, Arturo Ui fait son entrée en tant que nouveaux Président, accompagné par le fond sonore, basé sur l'angoissante mélodie de Carl Orff. Nous voilà face à un discours fictif, en effet, aucune réplique n'est prononcé par l'acteur et pourtant il s'adresse à une assemblée, qui n'est autre que nous. Derrière lui, certains de ses collaborateurs applaudissent et font mine de se réjouir. Au-dessus d'Ui, apparaissent sur un écran imagé par le drapeau français, les mots fondateurs de son gouvernement : « AUTORITÉ INEGALITÉ INDENTITÉ ». Face à cette mise en scène, malfaisante, nous sommes spectateurs, empoisonnés par un sentiment d'impuissance qui nous plonge dans un univers contrôlé par le mal.

 

Ainsi, le metteur en scène, universalise cette pièce en se référant à des éléments passés, telle que la dictature d'Hitler et les groupes maffieux, qui se mélangent tout aussi bien avec des faits actuels pouvant être interprétés différemment par chacun d'entre nous.

Scène finale - L'irrésistible ascension d'Arturo ui
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article