Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Lilou

Journal intime - Lorenzaccio

Quel mal s'empare donc de moi en ces temps lugubres ? Que m'arrive-t-il ? Pourquoi ne puis-je me défaire de cette apparence vicieuse qui me colle à la peau, pareille à une sangsue noirâtre ? Pourquoi, diable, cette corruption de l'âme commence-t-elle même à me plaire ?

Je me sens perdu, tourmenté, troublé. Un mal-être constant plane au-dessus de moi, il me dévore de l'intérieur et me ronge les entrailles. Se pourrait-il que ce mal-être soit en réalité le vice ?

Le vin, le jeu, les femmes... tout cela m'est monté à la tête et m'obsède désormais. Je crois que j'y ai pris goût. Ah ! même les cœurs les plus innocents peuvent être corrompus de la pire sorte. Si les plus fragiles ne sont pas tués par la société, ils se tuent eux-mêmes. Et quelle société ! Elle me répugne, elle m'écœure. La nation est une catin.

Finalement, je ne suis qu'un pauvre homme orgueilleux et souffrant, un utopiste de pacotille qui s'est laissé souiller par le monde. Celui-ci n'est pas le mien. Ou bien devrais-je dire que celui-ci n'était pas le mien auparavant ? Est-ce le mien à présent ? Ai-je seulement envie de redevenir pur et vertueux ? A vouloir être différent de tous, ne suis-je pas devenu pareil à eux ? Je ne suis plus sûr de rien.

Philippe m'a dit l'autre soir que l'orgueil de la vertu était un noble orgueil. Mais j'ai le sentiment que c'est de quelque chose d'encore plus fort dont il s'agit. Je n'ai pas envie de m'éteindre en sachant pertinemment que je ne resterai rien d'autre qu'un anonyme parmi tous. Je rêve de grandeur et de reconnaissance.

Je crois que je vais  m'abandonner aux plaisirs que me procurent les balades nocturnes dans Florence. Peut-être cela me changera-t-il les idées...

 

source : image

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article