Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Aurélie

Page du journal intime de Louise Labé

rédigée le jour de l'écriture de son sonnet 18

Journal de Louise Labé - 16/02/1555

Le 18 février 1555 à 23h46


Cher journal, aujourd'hui je ressens le besoin de me confier à toi et notamment de te confier tout mon amour, puisque tu es mon unique confident.
 

3 mois, nous avons vécu notre amour 3 mois à Rome...

Tant de souvenirs me hantent l'esprit, nos moments passés ensemble, nous tenant main dans la main, nos balades le soir venant.

Nos baisers, tendres et savoureux. La passion qui enflamme nos corps à chaque fois que l'on se voit et cette envie perpétuelle de recommencer.

Cette sensation de bonheur et d'amour, le goût de tes lèvres parcourant chaque parcelle de mon épiderme. A chaque fois que je te quitte je me sens faible et triste, mon cœur se serre, mais quand je te retrouve, et quand tu m'embrasses, je me sent revivre comme Psyché ranimée par le baiser de l'amou. Cette sculpture d'Antonio Canova, est une merveille car elle représente tellement bien l'amour qui est en nous.

Olivier, Je veux que tu m'embrasses encore et encore, fais-le, et en échange je t'en donnerai bien plus :

" Baise m'encor, rebaise-moi et baise

Donne m'en un de tes plus savoureux

Donne m'en un de tes plus amoureux

Je t'en rendrai quatre plus chauds que braise "

Ces mots sont pour toi, mon amour, je suis fière de t'aimer et de te le dire à travers ces paroles...

" Baciami encor, rebaise-io e bacia
Dammi uno ne di tuoi più saporiti
Dammi uno ne di tuoi più innamorati
Te ne renderò quattro più caldi di brace"

Je sais que tu ne liras pas ce journal car il est intime, alors je peux me confier.

Ce quatrain représente tout ce que je désire, la sensation de tes lèvres collées contre les miennes, sentir ton amour au plus profond de mon cœur .

J'ai écrit un sonnet pour toi, j'espère que tu auras l'occasion de le lire.

"Tant que mes yeux pourront larmes épandre à l'heure passé avec toi regretter", je sais que je t'aimerai.

Merci, journal, de m'avoir écoutée.

 

Le sonnet 18 de Louise Labé (édition Jean de Tournes 1555)

Le sonnet 18 de Louise Labé (édition Jean de Tournes 1555)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article