Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Gladys

Page du journal intime de Louise Labé

rédigée le jour de l'écriture de son sonnet 16

Journal de Louise Labé - 16 février 1555

Cher journal,

Nous sommes aujourd'hui le 16 février 1555. Je ressens le besoin de t'écrire. Aujourd'hui est une journée spéciale, le temps l'était aussi, tout d'abord la grêle et le tonnerre, puis le beau temps. Ce qui m'a donné de l'inspiration pour écrire un de mes sonnets. J'ai essayé de mettre un arrière plan de nature comme Léonard de Vinci dans la Joconde. Pour en réalité raconter ma désillusion sur une histoire d'amour. Je voulais tant donner et je n'ai reçu que froideur.

 

Je suis particulièrement fière de ce poème, mais en particulier :

" Et défiant de mon feu peu hâtif ;

Mais maintenant que tu m'as embrasée,

 

Et suis au point auquel tu me voulais,

Tu as ta flamme en quelque eau arrosée

Et es plus froid qu'être je ne soulais. "

 

Je l'aime énormément car le vocabulaire du feu pour décrire la passion de la relation est vraiment réussi. Et la chute à la fin où la flamme est arrosée pour décrire la fin de cette relation est bien trouvée. Je voulais ici exprimer ma solitude à la fin de cette relation et la froideur dont il a fait preuve face à moi. J'aimerais tant que ma passion soit éternelle, mais comme je le disais dans le sonnet XIV il y a toujours une fin à cette passion.

 

Le sonnet16 de Louise Labé (édition Jean de Tournes 1555)

Le sonnet16 de Louise Labé (édition Jean de Tournes 1555)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article