Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Anaëlle

Création - Lettre à ma sœur


Ma belle, ma douce petite princesse, si tu savais comme vous me manquez, toi, Papy, Mamie. Il y a des choses que tu es trop jeune pour comprendre encore, mais sache que je t'ai toujours aimé, comme une sœur peut aimer. Un jour, tu comprendras pourquoi je vis loin de toi, pourquoi je ne suis pas près de toi pour te voir grandir, te voir devenir la belle femme qu'un jour tu seras. Tu ne t'en souviendras pas mais, parfois je t'appelle et tu me parles de toi pendant des heures, des méchants garçons à l'école. D'autres fois, je t'appelle et tu ne veux pas me parler. Il y a des jours où je me demande si tu m'aimes toujours et si te souviens de mes traits que tu as pourtant si longtemps aimés. Aujourd'hui je me suis disputée avec Ianis, mon amoureux depuis six mois. Les garçons... Tu devras faire attention à eux, et te méfier parfois. J'aurais aimé être là pour te protéger de tout ça, de tous ces tumultes incessants. Combien d'amitiés brisées. Combien de familles brisées. Tu sais, même si nous sommes une famille brisée, ça ne change rien au fait que nous en sommes une quand même.


Si tu savais comme le monde est beau mon amour, parfois je regarde autour de moi et je vois tant de belles choses, et des choses affreuses aussi. Mais promets-moi de toujours te battre pour tes convictions, quoi qu'il en coûte. Regarde autour de toi et vois les fleurs et les étoiles qui sont partout, à partir de là, tu seras vraiment heureuse. Les gens parfois pourront essayer de te dissuader de ton bonheur, parce que eux n'auront pas compris que cette sensation de bien-être est quelque chose qui se créer. Alors malgré tout, vis, aussi fort que tu peux. J'espère qu'un jour, comme moi, tu connaîtras cette sensation de bonheur là où siège ton cœur. J'espère aussi que tu auras conscience que même dans les larmes, les cris, et les pleurs, le monde est beau. Que pleurer est bon puisque au fond, c'est ça être réellement en vie. Tu grandiras et connaîtras la perte, la douleur, ce frisson d'âme à t'en percer le cœur. Mais aussi la lutte, les rires, et la beauté. Tu te chercheras et on te dénigrera. Mais aie conscience qu'être toi ne sera pas un poids, même si tu évolueras dans la différence et dans l'idée qu'il n'y aura que maman pour toi. Tu découvriras le monde et ses faces cachées. Tout comme moi auparavant, et ça ne sera pas facile. Tu auras des chagrins d'amour, des chagrins qui sembleront durer toujours, tu te demanderas même parfois ce que tu fais là. Tu es là pour vivre, ma belle. Alors, vis, pleure, découvre et ris, aussi fort que tu peux.

 

source image

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article