Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Lou

Comme des bateaux ivres, tout fuit sur les trottoirs de la rue, même les arbres, lorsque la rage coule entre les hommes, le métal froid l'a tué, cercueils, cercueils, mon cœur tremble, noircit, durcit, je vis dans la mort, la mort-plume, enchaîné et nu comme le poème par un mot.

Contraction - Maram al-Masri

Commenter cet article