Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par i-voix

Livourne, 6 février 2017

Livourne, 6 février 2017

Au Liceo Cecioni à Livourne, les lycéens italiens d'i-voix ont mené des recherches, des débats et des  lectures autour de l'excision, cette coutume présente dans certains pays  d'Afrique qui  consiste à enlever totalement ou partiellement les  organes génitaux extérieurs des filles.

Avec  leurs camarades de la section d'informatique du lycée  Cecioni, ils ont  créé  une application pour Android qui servira à  informer sur le thème des mutilations sexuelles féminines.

Ils ont présenté officiellement leur travail ce lundi 6 février au siège de la Province de Livourne.

Evénement - Echanges autour de l'excision
Evénement - Echanges autour de l'excision
Evénement - Echanges autour de l'excision
Evénement - Echanges autour de l'excision

Au lycée de l'Iroise à Brest, les lycéens français d'i-voix se sont approprié ces recherches, ont enrichi leur perception de la question grâce aux articles partagés sur le blog par les Italiens, ont exploré l'application en ligne.

Sur des pads, espaces d'écriture collaboratifs, ils ont rassemblé leurs notes et leurs réflexions.

Evénement - Echanges autour de l'excision
Evénement - Echanges autour de l'excision
Evénement - Echanges autour de l'excision

"A chacun ses traditions" ? Le relativisme culturel nous invite à ne pas juger et condamner des coutumes différentes des nôtres. A la lumière des documents et infos proposées par nos correspondants d'i-voix sur leur application, ce principe peut-il  s'appliquer à l'excision ? Pourquoi l'excision doit-elle être combattue ?

 

EXTRAITS DU PAD :

 

Il s’agit de torture, de traitements cruels, inhumains.

 

L’excision peut provoquer de graves hémorragies et des problèmes urinaires, et par la suite des kystes, des infections, la stérilité, des rapports sexuels douloureux, des règles douloureuses, une prédisposition renforcée au VIH/Sida, des complications lors de l'accouchement, et accroître le risque de décès du nouveau-né. Il peut y avoir des conséquences mortelles.

 

L'excision est plus souvent pratiquée sur des jeunes filles entre l'enfance et l'âge de 15 ans. Les excisions sont presque toujours pratiquées sur des mineures et constituent une violation des droits de l'enfant. Ce ne sont pas des "femmes" qui sont excisées mais des enfants, des adolescentes, elles n'ont pas le choix.

 

C'est systématiquement traumatisant. Beaucoup de filles se trouvent en état de choc provoqué par la violente douleur, le traumatisme psychologique et l'épuisement dû aux hurlements de douleur.

 

La tradition veut une femme sourde muette et aveugle. En littérature francophone, il y a eu plusieurs romans qui abordent la question de l’excision Le marquage du corps n’est que la réalisation physique de l’assujettissement à l’empire de la loi. L’excision réprime les corps entrave aussi la parole.

 

Nous devrions bannir ce genre de tradition car non seulement la personne peut garder des séquelles à vie, il se peut qu'elle meure à cause de cela mais ont prive également le libre choix de ces jeunes filles, elles y sont forcés.

 

Nous devrions tous lutter contre cela, car c'est un problème qui nous concerne tous. Même si nous ne devons pas juger et condamner des coutumes différentes des nôtres, il est impossible de laisser l'excision perdurer.

 

Je pense que malgré le fait que ce soit une traditio, nous devrions bannir celle ci. C'est un sujet très délicat car il est pratiqué dans des sociétés autres que les nôtres et nous ne devons pas juger les pratiques et coutumes d'autrui. Cependant, le droit des femmes prime sur la "traditionnalité" de l'excision. Aucune femme ne devrait subir ces douleurs atroces, ayant un risque préjudiciable pour sa santé. La femme est libre de ses actes et de ses choix, malheureusement pas dans tous les pays.

 

D'après moi, cette tradition d'excision devrait être supprimée. Cette manière de faire à des répercutions sur la santé de la jeune fille, ou pire, elle peut en mourir. Ces jeunes filles n'ont pas le droit de donner leur avis sur ce sujet, et par conséquence, sont obligés de le faire. Malgré que nous n'ayons pas le droit de juger des traditions différents des nôtres, nous devons faire quelque chose pour que l'excision ne fasse plus partie des coutumes.

 

Je pense que l'excision doit être bannie car c'est mutiler et risquer de mettre la vie en danger un mineur qui n'a pas choisi de se faire exciser, de plus, pour ceux qui pratiquent cette tradition, la femme doit se faire muette, aveugle et sourde ce qui montre bien la réduction de la femme en tant qu'objet, elle est déshumanisée, puis mutilée.

 

Dès lors qu'une tradition vient à l'encontre de l’universalité des droits humains, elle doit être sanctionnée, surtout lorsque celle-ci met en danger la vie d'une personne. De plus cette pratique est effectuée essentiellement chez les enfants de moins de 15 ans, c'est donc également un viol des droits de l'enfant, puisqu'ils ne se développent pas dans de bonnes conditions. Mathis et moi nous sommes contre ce procédé barbare, incitant les jeunes filles à s'enlever une part de leur être.

 

Nous pensons que cet acte doit être interdit, cela réduit la femme à n'être qu'un animal, ne pas éprouver de plaisir et coucher juste pour le plaisir de l'homme ou la procréation plutôt que l'amour commun. En cela, l’excision peut être assimilé à un viol. Nous pensons donc que l'excision doit être combattue, les femmes la pratiquant n'ayant généralement pas eu le choix et celle-ci pouvant nuire à leur santé, à leur sexualité et leur santé mentale. Elle est pratiquée pour des raisons stupides comme la réduction de la femme à un animal ou l'assurance de la fidélité de cette dernière.

 

Beaucoup trop de femmes sont victimes de ce genre de traitement (200 millions de femmes) : je m'oppose donc à cette pratique que je juge inhumaine.

 

Captures d'écran des pads collaboratifsCaptures d'écran des pads collaboratifs

Captures d'écran des pads collaboratifs

Evénement - Echanges autour de l'excision
Evénement - Echanges autour de l'excision

Les lycéens brestois ont aussi réalisé une synthèse orale de leurs réflexions, qui a été enregistrée par Jade et Gwendan, puis communiquée au Liceo Cecioni à l'occasion de cette présentation officielle du 6 février au siège de la Province de Livourne.

Enregistrement 1

Enregistrement 2

Enregistrement 3

Brest, 6 février 2017

Brest, 6 février 2017

Nous pensons que l'application que vous avez créée est inimaginable.

Les lycéens brestois aux lycéens livournais

Fulguration : Gilles Baudry par Fanny.

Fulguration : Gilles Baudry par Fanny.

Commenter cet article