Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Garlonn

ESPAECE

Ebauche de sentiments et réflexion sur deux passages de la pièce

 

Tout d'abord cette pièce d'Aurélien Bory a provoqué chez moi de nombreux sentiments : j'étais souvent balancée entre le rire et l'angoisse.

Le début de la pièce m'a amusée. En effet une machine projetait des ordres absurdes sur un mur derrière les comédiens, un livre entre les mains. Après cela, on les voit écrire une phrase au moyen des livres en question. J'étais charmée par la créativité, je n'avais jamais pensé à plier des livres de telle manière à en faire des lettres afin de créer une phrase.

" Vivre c'est passer d'un espace à un autre en essayant le plus possible de ne pas se cogner "

J'ai remarqué que les mots fabriqués remplaçaient la lumière du vidéo-projecteur, comme s'ils avaient pris sa place.

début de la pièce - des phrases sont projetés sur un mur noir

début de la pièce - des phrases sont projetés sur un mur noir

 

Plus tard, les artistes dansent avec des trapèzes qui descendent du plafond. Cela m'a fait penser aux transports, quelque chose d'inévitable au cours d'une vie. Ils se balançaient de droite à gauche comme s'ils étaient bousculés dans un métro ou bien un bus. Lors d'une autre scène où ils sont ballottés à cause d'un mur mouvant, cela m'a également fait penser à un transport, le bateau cette fois-ci.

 

Tout au long de la pièce, je voyais des références aux différentes étapes de la vie, certaines plus évidentes que d'autres. Cette idée de transport m'a rappelé la naissance, le voyage vers la vie et la vie vers le voyage lorsqu'on emprunte des transports pour traverser des territoires. Peu après nous voyons le mur sur roulette qui se met à tournoyer faisant mettre en mouvement les comédiens qui grimpent sur celui-ci ou bien courent d'un endroit à un autre. J'ai alors pensé à tous les rebondissements que l'on peut connaître au cours de notre vie et ceux qui nous mènent parfois à se déplacer et vivre autre part. Mais aussi à l'agitation d'une seule journée quand nous devons courir d'un endroit à un autre en fonction de nos rendez-vous.

L'atmosphère de cette scène était inquiétante. Le mur tournant sur lui même m'a donné le tournis et les artistes qui grimpaient dessus m'ont donné le vertige. Certains couraient autour ce qui renforçait l'étourdissement. Ils avaient l'air apeuré mais aussi pressé, j'ai pensé aux personnes qui règlent leurs problèmes en voulant les fuir. Le fait qu'ils se retrouvent toujours coincés au même endroit montre selon moi que ce n'est pas la solution. Contrairement aux grimpeurs qui se hissaient en haut avec assurance comme s'ils affrontaient les soucis rencontrés pour pouvoir les surmonter. 

Sentiments et scènes - Espaece

 

L'ascension de l'homme était d'autant plus angoissante de par le risque de chute et d'autre part l'étroitesse de l'espace. Peut-être était-ce le signe d'un accomplissement : faire face n'est pas toujours simple mais lorsqu'on y arrive c'est spectaculaire. Néanmoins la symétrie était rassurante et rappelait le côté oeuvre artistique : j'ai trouvé que c'était très joli et que cela mettait en valeur la recherche de mise en scène. La symétrie n'était pas la seule chose rassurante : les larges murs et portes qui traduisaient la robustesse selon moi, par exemple. Mais aussi son costume blanc qui contrastait avec le reste et la lumière qui jaillit de ce petit espace, comme si c'était lui la créait. 

 

Sentiments et scènes - Espaece

 

Nous pouvons voir ici le contraire, si je puis dire, de la scène précédente. Cette femme m'a fait songer aux acteurs qui couraient et qui désignaient les personne n'affrontant pas leurs problèmes. En effet elle est très différente de l'homme qui grimpait entre les deux parois tout seul. Tout d'abord, elle est vêtue de noir et est statique. Peut-être attend-elle que ce qui lui arrive se règle seul ? Ensuite elle est étroitement coincée entre deux murs très fin soutenus par d'autres personnes. On la croirait perdue dans une ruelle. En bref j'ai trouvé cette scène plus effrayante que l'autre malgré le fait qu'il n'y ait pas d'acrobatie et donc pas de risque de chute.

 

J'aimerais parler encore et encore de la pièce car lors de la représentation et surtout après j'ai pensé à énormément d'interprétations possibles. Cependant la richesse d'informations qu'elle contient se mélange dans ma tête et je suis confuse quand j'y repense. J'ai du mal à exprimer clairement ce que j'ai ressenti puisque mes sentiments changeaient d'une minute à l'autre : c'est d'ailleurs ce qui m'a beaucoup plu. Je suis sortie de la salle pleine de réflexions se bousculant dans ma tête, d'incompréhension aussi. En plus de cela je ne pensais pas qu'une pièce sans dialogue pouvait être si intéressante. Cette première pièce de théâtre m'a séduite.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Camelia V. 24/11/2016 15:00

C'est un article très créatif et intéressant! Tu a fait un excellent travail!