Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Martina Pellegrini

Réécriture - Clair de lune en prose

La sultane était en train de regarder, à travers sa fenêtre ouverte, la lune sereine qui jouait sur les flots et la mer qui se brisait sur les noirs îlots.


Elle commence à écouter un bruit qui vient de la mer et la guitare qu’elle tenait dans ses mains, lui tombe par terre.


Dans un premier temps, elle ne comprend pas s’il s’agit d’un lourd vaisseau turc qui vient des eaux de Cos et qui bat l’archipel grec, ou s’ils sont des cormorans qui plongent tout à tour et coupent l’eau avec leurs ailes.


La sultane pensait que cela pouvait être aussi un génie qui soufflait, ou des pierres de la tour qui tombaient dans la mer, elle n’était pas sure.


La femme se demandait qui pouvait troubler les eaux si près du sérail, aucune des options qu’elle avait indiquées avant n'était possible.


Juste au moment où la sultane ne savait plus quoi penser, elle voit des sacs pesants qui avaient une forme humaine, jetés dans la mer, et elle comprend immédiatement que les sanglots partent de là.


Malgré tout la lune était sereine et jouait sur les flots.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article