Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par i-voix

i-voix aux mains d'argent - Florilège 1 2015-2016

Effraction, immersion, contraction, dilatation, substitution : tout au long de l'année, les lycéens d'i-voix ont aimé couper-coller-insérer-remplacer... dans des oeuvres variées.

 

A la manière des cut-up de William Burroughs, des cadavres exquis surréalistes, des centons oulipiens, des MashUp vidéos, ils explorent ainsi, à l'ère du numérique, une façon originale de s'approprier des textes littéraires et d'en créer de nouveaux. Cette activité, ludique et pédagogique, permet de comprendre de l'intérieur l'univers d'un auteur, de faire résonner en soi ses mots, de partager les sensibilités et les imaginaires, de travailler la langue, de faire jaillir de soi des éclats de poésie. Alors peut-être la littérature retrouve son pouvoir de vibration et de façonnement.

 

Saurez-vous reconnaître les oeuvres qu'ils ont ainsi goulûment dépecées, chirurgicalement charcutées, poétiquement électrocutées ?...

i-voix aux mains d'argent - Florilège 1 2015-2016
i-voix aux mains d'argent - Florilège 1 2015-2016

 

On nait étrangement

On ne voulait pas de corps

Lèvres fermées

La soif est grande

Quelle erreur!

Filet d'air

Sous cette peau

Inséparables sont internes et externes.

 

(Contraction de Guillaume)

 

 

La poésie des formes aimées ne peut toucher le monde solide et s'y glisser. Personne de l'externe ne sait rentrer parmi les roses.

 

(Cadavre exquis de Laureline)

 

 

Il n'y a que l'amour pour être toute notre vie, et devant l'amour on ferme les yeux à la vue, on regarde très haut dans le ciel, c'est là que les regards des amoureux se retrouvent...

 

(Centon d'Iris)

 

 

Félicité inouïe

 

Elle ne lui pardonnerait jamais.

Elle se tut, contenant ses larmes, son vertige, sa nausée.

Le principal problème consistait à vivre,

Mais la vie ne serait plus jamais comme avant.

Les yeux... Les lèvres... Un sourire d'une infinie tendresse aux lèvres...

Elle était envahie par l'émotion, plaisirs de la vie.

Une jeune femme était morte dans cette chambre, en riant.

Court moment.

 

(Contraction de Garance)

 

 

Ta vie les bras croisés, à attendre et regarder.Tu poses comme si on t’avait posée là. Tu poses parce que je te l’ai demandé. Toi tu es plantée là, au milieu de la ville, tu es plantée là contre l’arbre, comme pour grandir avec lui.

 

(Centon de Germina)

 

 

Derrière les arbres, il y a des gens à l'espère qui dévorent les mots d'amour avant qu'ils aient pu aimer. Ne reste que des mensonges à donner, une vengeance à cracher depuis l'ascenseur.

 

(Substitution d'Emilie)

 

Le froid ne peut rendre ce qu'on lui a donné à garder, mais il va falloir prendre le temps de le comprendre.

 

(Contraction d'Anna)

 

 

Que la fleur de lune s'ouvre et tout un horizon avec.
Que tu y poses un regard, que tout pour toi change
malgré la peine en cette réalité
toujours cruelle. Que tes yeux se lèvent 
à leur propre lumière, que le vide
devienne la poésie de tes regards
où chaque pensée éclot à la fin
et au commencement. Que la saveur de la fleur d'espoir
remplisse ta vie, je le désire. 
 
 

 

Si, le cœur, toujours. Se remplit de ce

liquide qui croît entre les lignes. De la

source à l'estuaire.

 

(Dilatation de Mathilde)

 

Poème-slogan de Mathilde à partir de Sébastien Ménard

Poème-slogan de Mathilde à partir de Sébastien Ménard

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jenovefa 23/06/2016 21:34

J'ai quasiment rien trouvé ...