Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Lalou

Association - La Ménagerie de Verre

La première partie de la pièce de Tennessee Williams, la ménagerie de verre, m'a beaucoup fait penser à un film de John Wells, un été à Osage County (ou August : Osage County en VO)

 

Ce film est sorti en 2014 et est une adaptation de la pièce de théâtre du même nom par Tracy Letts, lauréate du prix Pulitzer et du Tony Award.

On y retrouve notamment Meryl Streep, Julia Roberts, Ewan McGregor, Chris Cooper ou encore Benedict Cumberbatch.

Il a été nominné pour différentes récompenses pour la meilleure actrice, la meilleure actrice dans un rôle secondaire, la meilleure adaptation et le meilleur ensemble d'acteurs.

L'histoire se déroule aux États-Unis, dans l'Oklahoma. Au début du film, on nous présente Berverly Weston, un poète alcoolique, et sa femme, Violet, atteinte d'un cancer de la bouche et d'une addiction aux médicaments. Mais un jour Beverly disparaît, ce qui entraîne une réunion de famille : Barbara, Karen et Ivy, les trois filles, rejoignent la maison familiale accompagnées de leurs familles respectives. Cette réunion s'ensuit d'une série de conflits et de révélations. Les rancœurs accumulées au fil du temps explosant sous la pression.

En famille, on se soutient. En famille, on se déchire...

Un été à Osage County

Le lien entre les deux œuvres s'est immédiatement fait dans mon esprit, surtout par la mère, qui dans les deux cas cherche à tout contrôler, surtout la vie de ses enfants et ses proches. Amanda Wingfield et Violet Weston sont toutes deux des femmes qui aiment attirer les regards et être au centre de l'attention.

 

De plus, le film étant adapté d'une pièce de théâtre, il se déroule en grande partie dans le même lieu : la maison des Weston de même que l'action dans La ménagerie de verre est concentrée dans l'appartement des Wingfield. Dans les deux cas, ce cadre fait remonter des souvenirs et des rancœurs même si ce dernier point est moins présent dans la pièce de Tennessee Williams.

 

Un été à Osage County m'a particulièrement marquée, notamment par le jeu époustouflant des acteurs, le film étant porté par un casting trois étoiles, j'ai eu l'impression de retenir ma respiration pendant les deux heures de film tellement les acteurs pouvaient passer d'une émotion à une autre en une fraction de seconde, ce compliment pouvant aussi être fait à la ménagerie de verre.

 

Le film aborde les difficultés d'une famille jusqu’à sa destruction et comment il suffit d'une étincelle pour faire exploser tout ce qui avait été enfoui jusque là. En somme, qu'on ne choisit pas les membres de notre famille, et que peu importe les différences, peu importe si notre mère est la plus pénible du monde (pas la mienne hein), il faut bien faire avec.

J'ai retrouvé cette idée dans les conflits de Tom face à sa mère, le fils ayant beau être très calme, il ne parvient parfois pas à garder son sang froid face à cette mère omniprésente mais continue ensuite à prendre sur lui.

 

Il règne dans les deux œuvres une sorte d'intemporalité, on ne sait pas vraiment toujours quand exactement elles se déroulent et ainsi, ces deux familles, les Weston et les Wingfield peuvent devenir, presque n'importe laquelle.

 

 

Je vous conseille fortement Un été à Osage County, qui, même si je ne me suis pas forcément retrouvée dans les personnages, a étrangement imprégné mon esprit pour mon plus grand bonheur. Comme je l'ai dit précédemment, le jeu des acteurs est absolument à couper le souffle et je trouve le thème très bien traité. Il a été fait comme critique qu'il arrivait trop de choses à cette famille et que cela frisait le ridicule, mais je ne suis pas du même avis, tout les problèmes sont mis de côtés, effacées et explosent lors de la disparition du père dans un maelström de rancœur et de révélations.

Mais je vous conseille également de voir, si ce n'est déjà fait, la ménagerie de verre, une pièce que j'ai trouvée magnifique sous ses moindres aspects.

 

Source affiche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article